Sortie du coma ?! - Page 2

Stargate Zone

Bienvenue,

SGZ est un forum RPG, c'est-à-dire que vous incarnez un personnage avec une vie, un passé, des émotions, des envies, des manies, etc ...
Vous le faites vivre, parler et tout ça par écrit.


Etape 1 : Lisez le Wiki de Stargate Zone

Etape 2 : Inscrivez-vous

Etape 3 : Présentez-vous

Etape 4 : Amusez-vous !

Avec Stargate Zone bienvenue aux portes de l'imaginaire !

Sortie du coma ?!

Partagez


Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Mer 2 Juil - 20:12


Alors que Laureen était plutôt encline à libérer Thomas de ses liens, Eric intervint pour stipuler qu'il fallait garder les chevilles du patient attachées. Ce à quoi Jacob réagit en éloignant tous les objets dangereux du blessé et en faisant intervenir deux militaires qu'il chargea de veiller sur Sincet après s'être absenté quelques instants. Puis la salle de réveil se vida peu à peu, les discussions se faisant lentement remplacer par un silence bienvenu dans une infirmerie.

La virologue aurait bien voulu rejoindre Fellner dans sa salle de consultation pour procéder aux analyses sur les affaires de son patient mais il lui restait encore des choses à faire. Elle lui envoya donc un rapide message pour l'avertir qu'elle ne serait pas disponible avant quelques heures et qu'elle le rejoindrait une fois qu'elle aurait un peu de temps. Elle avait encore quelques examens à faire passer à Sincet avant de pouvoir se consacrer à autre chose. Elle demanda donc rapidement à deux infirmières de la préparer pour un scanner et en profita pour aller se chercher un café.

Ceci fait elle alla se poster derrières les écrans dans la salle dédiée au scanner et commença d'étudier les imageries médicales qui lui parvenaient. Elle s'attarda longuement sur le cerveau et fut ravie de constater que tout semblait normal. Pas la moindre trace d'une rumeur ou de quelque chose d'anormal. Elle poursuivit néanmoins le scan en se concentrant cette fois-ci sur la cage thoracique puis l'abdomen. Là encore, l'analyse ne montrait aucune trace d'une quelconque anomalie. Si l'on couplait ces résultats aux analyses de sang une seule évidence s'imposait: Sincet était sain ou, du moins, ne portait plus les traces en lui du passage d'un éventuel virus. Le seul facteur inconnu restait l'état psychologique réel de Sincet et c'était à ce niveau-là qu'il faudrait chercher des réponses. Quoi qu'il en soit, ça ne dépendant plus des compétences de Laureen...

Elle appuya rapidement sur le bouton de l'interphone et se pencha vers le micro:


"Vos analyses ne révèlent rien d'anormal Monsieur Sincet!" glissa-t-elle dans l'appareil. "Mis à part votre blessure à l'abdomen, vous semblez en parfaite santé!"

La jeune femme devait être au moins aussi soulagée que le patient. Voila qui semblait clôturer le dossier Sincet pour le moment. A supposer, encore, que Fellner ne trouve également rien de son côté.

Elle donna les instructions nécessaires pour que Thomas soit envoyé dans une chambre privée pour tout de même éviter qu'il soit en contact avec d'autres patients avant de laisser les infirmiers et les deux soldats le transférer. Laureen décida alors de s'autoriser une petite heure de sommeil en salle de repos et ferma immédiatement les yeux lorsqu'elle s'allongea sur l'une des couchettes...


Laureen aurait volontiers dormi quelques heures supplémentaires mais son réveil se montra implacable. Elle se leva et grignota rapidement un croissant avant d'envoyer les dernières données à Fellner puis retourner dans les couloirs de l'infirmerie. L'une des premières personnes qu'elle croisa fut Fallen et la virologue ne fut pas assez rapide pour l'esquiver. D'autant plus qu'elle semblait avoir ramené du travail sous la forme d'un homme allongé sur l'un des lits de l'accueil. Elle écouta avec attention ce que son interlocutrice lui expliquait au sujet de ce Tilokvski et se permit un léger sourire lorsqu'elle découvrit la trace rouge d'une gifle sur sa joue et ses habits trempés. En effet, elle n'y était pas allée de main morte...


"Ne vous en faites pas, on va prendre les dispositions nécessaires!" la rassura-t-elle sur le ton habituel que les médecins utilisaient dans ce genre de cas.

Puis, lorsque les questions s'orientèrent vers Thomas, Laureen prit un peu à l'écart Fallen pour poursuivre la conversation.

"Le scanner n'a rien révélé d'anormal et je ne trouve rien qui pourrait justifier une hospitalisation prolongée après la guérison de sa blessure. D'ici deux ou trois jours il pourra donc de nouveau vaquer à ses occupations sous réserve que Fellner n'ait rien trouvé de son côté. Mais je crois pouvoir vous dire sans trop m'avancer qu'il est du bon côté."

Elle marqua une courte de pause avant de baisser un peu le ton de sa voix:

"Écoutez... Je n'étais pas dans cette pièce avec vous et j'avoue que je n'ai jamais vu quelqu'un se poignarder lui-même mais ce qui est arrivé n'est pas votre faute d'accord? Si Sincet voulait vraiment attenter à ses jours, il y serait parvenu. Que vous soyez présente ou non! Ne vous laissez pas ronger par le remord pour quelque chose que vous n'auriez de toute façon pas pu éviter..."

La psychologie n'avait jamais été le fort de Laureen mais même un aveugle aurait vu que Fallen n'était vraiment pas bien à cause des derniers événements. En tant que médecin, elle se devait de tenter de rassurer la jeune femme même si elle n'appréciait pas vraiment l'exercice.

"Il est dans la chambre 9B si jamais vous voulez le voir!" ajouta-t-elle avant de tourner les talons.

Elle rejoignit Tilokvski et l'observa quelques instants en se demandant de quoi il pouvait bien souffrir. Elle appuya rapidement sur les différentes zones sensibles du corps humain pour s'assurer qu'il ne simulait pas mais fut forcée de constater que ce n'était pas le cas. Il ne sentait pas non plus l'alcool, ce qui pouvait exclure le comas éthylique. Peut-être qu'il avait prit des médicaments? Quoi qu'il en soit, le cas était plutôt intéressant...

Elle préleva un échantillon de sang tandis qu'on installait le nouveau patient sur un lit en salle d'auscultation et qu'on le reliait à des machines pour surveiller ses constantes. Il ne semblait pas en train de mourir en tout cas...

Laureen quitta ensuite la pièce pour aller analyser le prélèvement au laboratoire médical. Elle chercha en priorité des traces de stupéfiants ou de médicaments sans pour autant occulter les autres options. Plus elle aurait de résultats et plus ça serait utile pour la suite de la prise en charge de Tilokvski.

[Jet de dé "diagnostique" pour l'analyse du sang]
avatar
Modérateur/Superviseur

Messages : 1227

Re: Sortie du coma ?!

Message par Superviseur JPS le Mer 2 Juil - 20:12

Le membre 'Laureen Stanford' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Résolution (11-30)' :



avatar
Modérateur/Superviseur

Messages : 1227

Re: Sortie du coma ?!

Message par Superviseur JPS le Jeu 3 Juil - 14:44

Les analyses sur Terenti furent faîtes avec beaucoup de professionalisme. Elle était avec les relevés de Terenti un peu à l'écart avec son patient, hors de vue du reste du personnel. Les résultats montraient des traces importantes de Naquadah dans le sang signe de la présence présente ou passée d'un symbiote Goa'uld. Elle eut à peine le temps de relever la tête que Terenti Tilokovski était déjà devant elle debout, les yeux brillants. Il l'empoigna avec force quand elle parvint à attrapper un scalpel et le planter dans le coeur du russe mais avant de mourir il embrassa la jeune femme avec force. Cette dernière observa Terenti s'éffondrer ensuite dans une flaque de sang, elle l'avait tué.

Mais quelque secondes plus tard elle tomba au sol, inconsciente.

Quand elle se releva, elle avait très soif et se souvenait que terenti était un Goa'uld et qu'elle n'avait eu d'autre choix que de l'éliminer.
avatar

Grade : Interne
Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Jeu 3 Juil - 20:00


Laureen fronça les sourcils en ajustant la netteté de son microscope. Elle en avait vu des choses bizarres mais là c'était du haut de gamme! Après de longues minutes et des recherches dans la base de donnée du JPS, elle en arriva à la conclusion que Tilokvsky avait été - ou était encore - l'hôte d'un Goa'uld. Elle fit son possible pour contenir sa surprise et s'approcha doucement du bouton d'alarme à l'entrée de la pièce pour prévenir le personnel du danger mais elle n'y parvint jamais...

Elle se retrouva face à face avec le "patient" et eut à peine le temps d'entrouvrir la bouche sous le coup de la surprise avant d'être empoignée avec une force impressionnante. Les yeux du psychologue se mirent à luire d'une lumière jaunâtre qui n'avait rien de naturel. Puis une main se glissa comme un étau autours de sa gorge tandis que l'autre la plaquait sans ménagement contre un mur. Laureen tenta bien de lutter, de se défendre par tous les moyens en sa possession, mais rien n'y fit. Elle n'était tout simplement pas de taille à lutter physiquement avec un Goa'uld et son hôte. Elle n'arriva même pas à appeler à l'aide, la seule chose sortant de sa gorge étant un son étouffé.

Puis l'instinct de survie se manifesta sous la forme d'un scalpel qu'elle arriva de justesse à empoigner avant de l'enfoncer dans le coeur de son agresseur. La plupart des gens seraient morts sur le coup mais le forcené trouva les ressources nécessaires pour... l'embrasser. La surprise fut une nouvelle fois totale et la seule réaction de la virologue fut de tourner le scalpel dans la plaie, encore et encore, jusqu'à ce que Telenki ne puisse plus lui faire de mal. Les secondes s'égrainèrent lentement jusqu'à ce qu'enfin l'homme tombe mort sur le sol dans un flot de sang.

Laureen resta immobile quelques instants, partagée entre la terreur et l'excitation qu'avait provoqué la montée d'adrénaline. Elle posa lentement le regard sur ses vêtements couverts de sang puis sur ses mains tremblantes avant de lâcher le scalpel puis faire un pas en arrière. Puis les ténèbres s'emparèrent d'elle et elle sombra dans l'inconscience. Elle eut vaguement la sensation de heurter le sol avant de perdre connaissance...


Elle cligna deux ou trois fois des yeux lentement avant de les ouvrir complètement. Sa vision s'affina peu à peu et la première chose que la jeune femme vit fut le regard désormais immobile de Tikokvsky posé sur elle. Elle eut un mouvement de recul et alla se blottir dans un coin de la salle à reculons. Les souvenirs lui revinrent avec violence en mémoire et elle se rappela avec clarté avec tué l'homme. Elle se souvenait de tous, même des détails: le sang chaud qui s'était déversé sur sa main tenant le scalpel, à quel point elle avait eu peur en croyant que sa vie allait s'achever sous la poigne implacable du psychologue. Elle avait tué! Elle avait tué alors même qu'elle avait juré de tout faire pour préserver la vie humaine...

Maintenant elle allait devoir en assumer les conséquences même si l'idée d'aller tout avouer à un responsable lui faisait peur. ça signifierait probablement son renvoi du programme. Elle n'était là que depuis une journée et elle avait déjà ôté la vie de quelqu'un. Qui souhaiterait désormais la garder dans l'équipe? Mais elle n'avait pas le choix, il fallait qu'elle avoue ce qu'elle venait de faire. De toute façon, que pouvait-elle faire d'autre. Ce n'était pas comme si elle pouvait s'enfuir...

Elle se redressa en tremblant et s'approcha du lavabo pour prendre de longues gorgées d'eau. Elle avait rarement eut autant soif de sa vie et elle fit son possible pour étancher ce besoin avant de saisir sa radio qu'elle régla rapidement sur la fréquence d'Eric. Elle appuya ensuite sur le bouton de communication pour établir une liaison. Un petit vert s'alluma pour signaler que la connexion était faite. Elle n'avait plus qu'à expliquer comment elle avait tué un homme...

Elle ouvrit la bouche avec hésitation, se demandant par où commencer et s'il y avait seulement une manière d'annoncer ce genre de nouvelle à un supérieur. Mais sa volonté se fit lentement saper avant de disparaître peu à peu. Une force implacable s'insinua dans son esprit et Laureen passa rapidement d'actrice à spectatrice. Elle voyait toujours ce qu'elle faisait mais elle n'arrivait plus à contrôler ses mouvements, comme si elle était prisonnière de son corps. C'était en même temps extrêmement désagréable et un peu grisant aussi. Mais la peur l'emporta franchement lorsqu'elle se vit lâcher la radio et enlever la blouse recouverte de sang qu'elle portait pour la lancer sur le cadavre. Incapable de reprendre le moindre contrôle sur son corps, elle se dirigea ensuite une nouvelle fois vers le lavabo et but quelques rasades d'eau supplémentaires avant de laver rapidement les traces de sang sur son visage. Elle prit un instant pour s'observer dans la glace et découvrit avec horreur une lueur jaunâtre et furtive apparaître dans son regard avant de s'estomper. Elle eut juste le temps de comprendre ce qui lui arrivait avant d'être reléguée définitivement au rang de spectatrice impuissante...


Le Goa'uld termina son observation de son nouveau corps avec un sourire malsain de contentement. Cette petite idiote n'avait rien pu faire. De toute façon, comment une simple humaine aurait-elle pu le contrer? C'était tous simplement impensable. Satisfait de son nouvel hôte, la larve réfléchissait aux nouvelles possibilités qu'elle pourrait en tirer. En fouillant la mémoire de Laureen, le Goa'uld découvrit que la cheffe de la station était à deux pas d'ici, dans une salle adjacente avec ce Thomas Sincet. L'idée de tenter de les éliminer était séduisante mais un peu trop risquée pour le moment, surtout à cause de la présence de deux gardes. Il fallait qu'il trouve une arme rapidement et qu'il trouve ensuite un moyen de s'échapper de cette pitoyable station Tau'ri.

Le Goa'uld s'assura une dernière fois qu'il ne portait plus de traces de sang avant de quitter la pièce. Il verrouilla la porte derrière-lui grâce à la carte que Laureen portait avant de se diriger vers l'entrée de l'infirmerie. Quelque chose lui disait qu'il trouverait des armes à l'armurerie même si l'idée d'utiliser de l'équipement aussi primitif que celui des humains le révulsait...




Qui est Laureen Stanford?

_________________
Caractéristiques physiques:
1m65, 60 kilos, cheveux châtains foncés, yeux bleus

Equipement:
- Blouse blanche
- Oreillette sans fil "laryngophone"
- Bloc note A5 (0,3 kg)
- Stylos (0,01 kg)
- Appareil photo numérique (0,2 kg)
- Caméra (0,3 kg)
- Lunettes de soleil  (0,15 kg)
- Cyalume (0,06 kg)
- Trousse de secours (0,3 kg)
- Kit médical standard (0,2 kg)

________________
Dernière position connue: JPS
Situation : vient d'être jetée en taule! éè
avatar

Grade : Laborantin en chef
Messages : 90

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
10/100  (10/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Bruce T Harrison le Jeu 3 Juil - 20:07

Bruce entra à l'infirmerie. Il y était venu pour se faire examiner par un docteur, il l'espérait, qui ait des connaissances minimum dans le domaine de l'écoute. Mais surtout qui soit nettement plus sympathique et avenant que le sieur slave vu plusieurs heures auparavant.
En entrant dans la salle, Bruce remarqua que l'endroit était bien occupé. Il semblait y avoir eu de l'agitation dans tous les coins possibles pour que ça en arrive là. N'étant au courant de rien puisqu'il avait esquivé, presque malgré lui, un bon nombre d'évènements dont il n'entendait que des rumeurs, il songea qu'il serait bon de lui faire une mise à jour lors d'une conversation avec l'un des scientifiques médicaux de la station.


*Pour peu que celle ou celui-ci ait du temps à me consacrer.*


Avant d'entrer pour de bon car il avait tout juste dépassé le seuil, il chercha un endroit où il pourrait s'allonger ou même s'asseoir. Il n'était pas particulièrement fatigué même s'il s'était beaucoup dépensé pendant son court séjour dans la salle d'entraînement.
Il s'était dit que s'il revoyait le médecin qu'il avait rencontré dans la salle de sport et autres activités physiques, il serait bon de se renseigner auprès de lui et surtout qu'ils se présentent l'un l'autre, car mis à part Marc Cross et James Conrad Ferrus, Bruce ne connaissait quasiment personne.


*Terenti Tilokovski ne fait pas partie de mon carnet d'adresses.*


Il venait d'y penser car, oui, il l'avait rencontré, mais ne tenait pas, pour le moment, à créer des liens avec cette personne qui, manifestement, était assez aigrie pour ne pas vouloir en créer d'autres qu'hostiles.
Cependant, il ne voyait personne qu'il connaissait. Il lui fallait donc se faire de nouvelles relations. Le géologue attendit donc que quelqu'un s'intéresse à lui et, accessoirement, vienne l'examiner.

Avant de s'asseoir sur une chaise, le scientifique aperçut une ravissante jeune femme sortant d'une pièce. Bien qu'elle ne portait pas de vêtement blanc qu'elle portait sur les épaules, elle semblait si sûr d'elle qu'il en conclut que ce devait être un médecin. Sans doute une assistante ou une consœur de l'autre docteur rencontré plus tôt.

*Ou peut-être sa supérieure ? Qui sait ?"

Il l'appela afin de lui demander qui elle était et, au passage, se présenter.

" Mademoiselle, vous permettez ? Excusez-moi ! Je me présente ! Bruce T Harrison ! Je suis nouveau ici ! Je viens pour une éventuelle auscultation ! A qui ai-je l'honneur ? "





  

_________________
Caractéristiques physiques:
1m87, 97 kilogrammes, cheveux mi-longs châtains foncé
Équipement:
Tenue militaire pratique dont un casque bloquant les bruits violents
________________
Dernière position connue : sur une planète inconnue dans un château type moyen-âge
Situation : déclaration de la situation
avatar

Grade : Interne
Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Jeu 3 Juil - 20:57


Le Goa'uld et son nouvel hôte s'apprêtaient à quitter l'infirmerie lorsqu'un homme dans la trentaine l'interpella. Se faire appeler ainsi par un misérable esclave humain avait tendance à énerver le parasite qui, en d'autres cas, aurait mis fin à l'existence de l'importun. Mais il devait se montrer prudent et agir comme l'aurait fait Stanford, du moins pour le moment. Il pouvait bien consacrer quelques instants à cet insecte avant de mettre à exécution ses plans. Il sonda donc la mémoire de Laureen pour réagir en adéquation avec ce qu'aurait fait son hôte dans pareille condition.

"Moi c'est le docteur Stanford!" répondit-il donc avec la voix et l'attitude de la jeune femme. "Je suis nouvelle ici, comme vous! Pour tout vous dire je suis assez pressée mais je dois bien pouvoir trouver quelques instants pour une auscultation! Suivez-moi!"

Le Goa'uld fit signe à l'homme de le suivre dans une petite pièce tout en tentant de contenir le dégoût qui l'envahissait. Voila qu'il se mettait à ausculter des humains maintenant. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas donné pour pouvoir le disséquer à la place. Mais, encore une fois, il valait mieux se montrer prudent pour le moment. Et puis, il pouvait bien sacrifier quelques minutes de sa longue existence pour ces futilités si ça l'assurait de garder sa couverture humaine.

L'hôte fit signe à Harrison de s'asseoir sur une table d'auscultation et prépara le matériel dont il avait besoin en se servant des connaissances de Laureen. Encore une fois, le technologie humaine était bien dérisoire face à celle des Goa'uld. Il toucha du bout des doigts divers instruments tranchants qui auraient pu lui servir à tuer l'homme mais se ravisa avec sagesse avant d'empoigner un stéthoscope qu'elle apposa contre le dos du Géologue.


"Vous venez d'arriver, donc? Et vous vous occupez de quoi exactement à bord? J'imagine que vous avez la chance d'étudier de la technologie Goa'uld et d'autres choses du genre?"

C'était plutôt pratique de pouvoir consulter les dossiers médicaux des patients, on y apprenait sûrement un tas de choses pratiques. Celui de Harrison stipulait qu'il faisait parti du département scientifique et qu'il était géologue. Avec un peu de chance il se montrerait loquace et lui en apprendrait plus sur l'éventuelle présence d'armes de son peuple. Finalement cette consultation était plutôt une bonne idée. Mais il gardait à l'esprit que le temps s'écoulait et qu'on finirait tôt ou tard par découvrir le cadavre de son précédent hôte. Cette discussion ne pourrait donc pas s'éterniser indéfiniment!

Le goa'uld procéda donc aux examens de coutume d'une simple auscultation avant de se saisir d'une seringue qu'elle remplit rapidement avec un produit incolore dans le dos du patient. Il apposa une légère pression pour en faire surgir un jet sous pression et la reposa. Puis il retourna se planter devant Harrison avec une seringue vide:

"Vous semblez en parfaite santé!" annonça-t-il avec un enthousiasme qui failli lui arracher un rictus de mépris. "Je vais encore vous faire une prise de sang pour m'en assurer mais pour le moment tout est en ordre!"

Elle préleva donc rapidement un échantillon de sang en faisant preuve de toute la délicatesse de Laureen et en résistant à l'envie de retourner l'aiguille dans le bras de Harrison pour avoir le plaisir de le voir souffrir. Elle scella ensuite l'échantillon et le déposa dans le casier destiné aux envois vers le laboratoire médicale. Ceci fait, elle saisit la seringue qu'elle avait précédemment rempli et revint vers son patient improvisé:


"Nous aurons les résultats dans quelques heures, comptez sur moi pour vous les transmettre dès que je les aurai reçus." mentit-il avec toute l'expérience qu'il avait dans ce domaine. Autant dire beaucoup. "Mais avant je dois encore vous faire un rapide vaccin. Rien de grave, rassurez-vous, c'est la procédure standard et tous les nouveaux arrivés y ont droit, moi comprise! Il vise à augmenter votre défense immunitaire, ce qui n'est pas du luxe vu ce que cette galaxie semble contenir comme virus et autres bactéries..."

Elle lui décocha un léger sourire qui se voulait rassurant, attendant l'autorisation avant de pratiquer l'injection...


Laureen avait envie de hurler mais rien n'y faisait. Elle était prisonnière de son propre corps et elle ne pouvait absolument rien faire pour changer ça. Elle se vit en train de remplir une seringue d’anesthésiant au delà de la dose prescrite habituellement, ce qui pouvait éventuellement provoquer la mort de Harrison. Mais elle ne pouvait rien faire sinon assister à la scène en tant que simple spectatrice. Elle ne pouvait même pas esquisser le moindre début de lutte contre ce parasyte qui lisait en elle comme dans un livre ouvert et se servait de ses capacités à mauvais escients. C'était comme dans un cauchemar, en somme. Sauf que là, il n'y aurait probablement pas de réveil. Cette pensée la terrorisa davantage encore...



Qui est Laureen Stanford?

_________________
Caractéristiques physiques:
1m65, 60 kilos, cheveux châtains foncés, yeux bleus

Equipement:
- Blouse blanche
- Oreillette sans fil "laryngophone"
- Bloc note A5 (0,3 kg)
- Stylos (0,01 kg)
- Appareil photo numérique (0,2 kg)
- Caméra (0,3 kg)
- Lunettes de soleil  (0,15 kg)
- Cyalume (0,06 kg)
- Trousse de secours (0,3 kg)
- Kit médical standard (0,2 kg)

________________
Dernière position connue: JPS
Situation : vient d'être jetée en taule! éè
avatar
Modérateur/Superviseur

Grade : Capitaine
Messages : 919

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
15/100  (15/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Walter Wallas le Jeu 3 Juil - 21:09

Walter revenait des cellules, chemin faisant et pour occuper son temps dans l'ascenseur il repensa à son devoir de passer tous l'équipage au zat. Il n'avait jamais eu l'occasion de voir le temps qu'un organisme mettait à se remettre de cet immobilisation mais il avait pu voir qu'il ne s'agissait que de quelques minutes. Son plan d'organisation pour cette opération se mettait donc doucement en place dans son esprit. Et il pensait avoir une solution qui permettrait de résoudre ce problème rapidement, ou tout du moins l’espérait il...
Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et le première classe Wallas repensa à son rapide échange avec le chef de l'Achilles. Il repensa à ses mots et compris pour quelle raison il était le chef de ce vaisseau. Au delà du respect qu'un première classe devait à un sergent, c'est le respect de l'homme qu'il avait gagné. Si son avis était neutre au sujet du Sergent Cross il avait radicalement changé en positif après ces quelques minutes.


Marchant dans le couloir son zat encore à la mains, Walter marchait d'un bon pas vers l'infirmerie. Quand il y entra il vit la jeune docteur qu'il avait rencontré lors de l'incident ou visiblement Thomas se serait lui même blessé volontairement. Elle était occupé à discuter avec un homme qu'il n'avait jamais rencontré, mais il avait besoin d'informations et rapidement. Coupant à toutes politesse il s'approcha et esquissa un sourire à la jeune femme.

"Excusez moi de vous couper la parole, Walter Wallas, soldat première classe et responsable militaire de la station, nous nous sommes rapidement croisé lors de votre intervention en salle de réunion. Je viens aux nouvelles comment vas Thomas Sincet."

On pouvait sentir une certaine tension et crainte dans la voie du militaire, il craignait pour la vie de son collègue. Leur mission ensemble avait resserré leur lien et même après cette mission il se sentait le devoir de protéger le membre de son équipe.

"A t'il vu le Psychiatre de la station, le docteur Terenti ? A t'il donné un diagnostique à son sujet ? Et la chef de la station a t'elle vu également ce spécialiste ? je pense qu'elle en aurait besoin !"

Walter s'était promis de ne pas harceler la docteur de question mais c'était trop tard. Il se reprit rapidement et attendit les réponses à ses questions. Ne sachant pas si la discussion avec l'homme présent était importante ou non, Walter se tourna vers lui.

"Excusez moi de vous interrompre comme ça mais c'est assez urgent, je ne prendrais pas trop du temps du docteur.

Dit il avec une certaine politesse à l'intention de l'homme.



   


Dossier personnel
Qui est Walter Wallas ?
Caractéristiques physiques:
1m75,brun, yeux marron

Equipement:
- Vêtements de sport
- Zat

Dernière position connue : JPS - Infirmerie
Situation : En cours de soins par le docteur Fellner 
avatar

Grade : Laborantin en chef
Messages : 90

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
10/100  (10/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Bruce T Harrison le Jeu 3 Juil - 22:00

Bruce s'apprêtait à poser une assez longue et embarrassante question au docteur Stanford lorsque un militaire entra dans la salle destinés aux opérations médicales. 
Celui-ci s'était présenté comme étant Walter Wallas et venait prendre des nouvelles, probablement d'une de ses connaissances, une personne répondant au nom de Thomas Sincet.

Apparemment, ce dernier était aussi à l'infirmerie et à en juger les dires du soldat Wallas, il recquérait non seulement des soins physiques, mais aussi une assistance psychologique.

Cependant, en entendant l'homme d'armes prononcer le nom du psychologue, Bruce ne put s'empêcher de réagir. C'était assez discret. Toutefois, étant donné le peu qu'il avait vu et entendu de Tilokovski, si cette personne comptait vraiment sur lui pour arranger la situation, c'est décidément qu'il devait être au bout.

*N'y a-t-il décidément personne d'autre sur qui on puisse compter étant donné le personnage ?*


L'espace d'un instant, le géologue venu en consultation se trouva quelque peu injuste. Après tout, il critiquait un homme dont il ne connaissait rien au fond. Cependant, celui-ci avait brossé un portrait de lui si vil qu'il se demandait comment il pouvait en être arrivé à vouloir devenir psychologue.



*Il s'agit quand même d'avoir un contact avec les gens, bordel !*


Le scientifique revint à la réalité. Il se contenta d'acquiescer d'un signe de tête au militaire. Bruce n'était absolument pas pressé de se faire vacciner. Il laissa donc le militaire prendre la parole et dit au médecin Stanford avant de se lever.

" Faites ce que vous avez à faire avec Monsieur Wallas. Mon vaccin obligatoire peut bien attendre. Ce n'est pas tout de suite que je pars dans l'espace, donc je ne pense pas avoir besoin de traitement pour me protéger des virus, bactéries, saloperies et autres étrangetés qu'on peut trouver entres les planètes et les étoiles et même sur elles d'ailleurs. J'attendrai jusqu'à ce que vous en ayez terminé avec Monsieur Wallas. "

Se levant de la table sur laquelle était posé l'archéologue, Bruce se rendit compte de deux détails, probablement aucune importance, mais son esprit d'analyse aimait l'intrigue et donnait de l'importance à des choses dont personne n'avait rien à faire. Il aimait réfléchir et agir par déduction comme par induction. Pour lui, l'exception qui confirme la règle était une expression qui n'avait pas de sens. S'il y a exception, c'est que la règle ne peut s'appliquer, justement.

Bruce pensa au premier détail qui aurait du le choquer, mais sans doute absorbé par la beauté de la jeune femme qui conversait avec lui et l'examinait, il fallait reconnaître qu'elle avait beaucoup de charme en plus d'un joli faciès, sans compter ses formes, il avait oublié ne serait-ce que d'en faire part au médecin.

*N'aurait-il pas été mieux que je m'installe sur une banquette prévue pour les patients plutôt que sur une table prévue pour le travail de notes ou éventuellement un cadavre ?*

Puis quelque chose d'autre ne collait pas. Bruce repensa à ce fameux vaccin. Ce n'était pas de piquer Bruce qui était dérangeant, après tout, il s'était bien laissé prélevé son sang en très petite quantité. Mais il était certain que son dossier médical, s'il indiquait son groupe sanguin, ne devait certainement rien révéler sur ses analyses sanguines, vu que les dernières qu'il avait fait effectué ou qu'on lui avait effectué devaient dater de plusieurs semaines, voire même des mois.

Or, pour un projet aussi important, il était certainement d'usage, voire même nécessaire que les analyses sanguines soient effectuées avant même qu'on lui fasse un vaccin. Sans compter que Bruce pouvait avoir une contre-indication au fameux vaccin si son organisme y réagissait mal. Mourir dans la station à cause d'un vaccin qui devait justement l'en empêcher en dehors, loin de la Terre, n'était pas pour lui plaire. Savoir s'il y avait un risque était primordial pour le scientifique rigoureux qu'il était.


*D'ailleurs, le tube de sang prélevé ne devait-il pas servir à ça ?*

Inoculer un vaccin à Bruce alors que le médecin ne connaissait probablement pas la composition de son plasma, ni le taux de ses globules, ni quoi que ce soit à part le groupe et le rhésus, semblait beaucoup de choses au scientifique, mais certainement pas professionnel.

Décidément, des choses bizarres se passaient sur cette station. Après le psychologue misanthrope, le médecin incompétent aux gracieuses courbes.

*On ne l'a quand même pas engagé juste pour ses beaux yeux ?*

Bruce décidait d'attendre d'en faire part au médecin une fois que celle-ci aurait terminé son entrevue avec le militaire. Toutefois, il aurait quelques questions à poser à ce dernier. L'homme s'était présenté aussi comme responsable de la station, malgré son faible grade.

*Etonnant, d'ailleurs ! Sans doute lui a-t-on délégué le travail ?*

Plus Bruce y repensait, plus il se disait qu'il y avait vraiment beaucoup à faire en cet endroit, humainement parlant, avant même de se consacrer aux recherches. D'ailleurs, à propos de recherches, il lui faudrait s'occuper des éléments d'étude laissés à son attention, à savoir la larve probablement parasite, l'extra-terrestre humanoïde qui était d'ailleurs aussi mort que le symbiote et enfin, le minerai, qui restait après tout, la spécialité de Bruce. 

Son cerveau, en traitant tant d'informations en si peu de temps, lui permit de se détendre. Pour le géologue, c'était un plaisir de réfléchir. Si Bruce voulait être reposé, user de son intelligence était le meilleur moyen pour. Meilleur que n'importe quelle drogue. Le scientifique, malgré lui, avait du en expérimenter quelques-unes sur les champs de batailles et les zones à haut risque et aucune ne lui avait fait autant de bien que d'avoir le cerveau en ébullition à étudier une somme monumentale de détails qui pour autrui auraient paru banaux.

Le scientifique resta assis sur la chaise à attendre de pouvoir converser avec le militaire et la femme médecin.





  

_________________
Caractéristiques physiques:
1m87, 97 kilogrammes, cheveux mi-longs châtains foncé
Équipement:
Tenue militaire pratique dont un casque bloquant les bruits violents
________________
Dernière position connue : sur une planète inconnue dans un château type moyen-âge
Situation : déclaration de la situation
avatar

Grade : Interne
Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Ven 4 Juil - 3:55


*Encore?!* songea avec irritation le Goa'uld lorsqu'un militaire pénétra dans la pièce.

Son regard se porta sur le nouveau venu puis sur le Zat'nik'tel qu'il tenait à la main avant de retourner se figer sur le visage de ce Wallas. Un rapide sondage de la mémoire de Laureen lui remémora rapidement les circonstances de sa rencontre avec l'homme. Et encore une fois tout tournait autours de ce Sincet. Décidément ils semblaient aimer leur chef au-delà du ridicule. Mais ce qui irritait davantage le Goa'uld, c'était qu'il n'avait pas pu injecter la contenu de sa seringue dans l'organisme de Harrison. Ce qui signifiait qu'un lieu d'un seul gêneur, il en avait désormais deux sur les bras. Il sentait intérieurement son hôte reprendre espoir avec l'arrivée d'une personne armée mais calma rapidement ses ardeurs en étouffant un peu plus son esprit dans une étreinte invisible. Ho non, il n'allait certainement pas se faire mettre en difficulté par deux esclaves, qu'ils soient armés ou non. Il allait gagner, comme toujours, que ce soit par la force ou la subtilité...

Le Goa'uld tourna lentement le regard vers Harrison lorsque ce dernier indiqua qu'il pouvait attendre et qu'il donnait la priorité au militaire. L'extraterrestre s'en fichait pas mal à vrai dire, ce n'était qu'un détail. Une fois qu'il en aurait donné le change à Wallas, il terminerait ce qu'il avait commencé. Et si le Géologue trouvait une excuse pour éviter une piqûre en apparence bénin, peu lui importait également. Tout ce qui comptait, c'était qu'on lui laisse un instant de tranquillité pour faire ce qu'il avait à faire. Qui sait, Tonatiuh se montrerait sûrement reconnaissant s'il pouvait infliger des pertes ou des dégâts importants à ce pitoyable SDT. Mais il n'en était pas encore là...

Se fondant parfaitement dans le rôle du Docteur Stanford, le Goa'uld jeta un regard noir au militaire et à son arme.


"Vous n'êtes pas au Vietnam Monsieur Wallas!" l'invectiva-t-il en désignant d'un vague signe de la main le Zat. "Et je doute qu'il y ait beaucoup de Goa'ulds, Wraiths ou tout autre espèce qui a décidé de nous tuer dans l'infirmerie en ce moment..."

*Douce ironie...*

La phrase avait été prononcée avec un mélange subtilement dosé de malice et de reproche. Mais cette Laureen aurait néanmoins toléré la présence de l'arme, ne serait-ce que parce qu'elle n'aurait jamais perdu du temps sur ce genre de détails. Mieux valait aller à l'essentiel. Plus vite le militaire serait rassuré sur le rôle de Sincet et plus vite il courrait à son chevet. Les humains étaient si prévisibles...

"Pour répondre à vos questions Monsieur Sincet est hors de danger et conscient, du moins aux dernières nouvelles. Il n'a pas encore vu le psychologue, non. Mais je lui ai envoyé une copie de son dossier et je suis certaine qu'il s'occupera de ce cas dès qu'il sera disponible. Quant à la cheffe de la station, j'en ai aucune idée! Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'elle se trouve avec lui en ce moment même."

L'impatience était clairement perceptible dans la voix de l'hôte du Goa'uld. Et si cela avait échappé au militaire, la suite allait sûrement lui faire comprendre que sa présence n'était pas désirée.

"C'est tout ou il vous faut d'autres précisions? Parce que comme vous l'avez si aimablement fait remarquer, vous avez interrompu une consultation qui se veut privée. Alors à l'avenir avant de débouler arme au poing comme un forcené, vous pourriez peut-être vous adresser directement à la réception?"

Le Goa'uld tourna ensuite le regard vers Harrison qui s'était éloigné dans son coin et semblait être pensif. Il avait vraiment de la peine à côtoyer des humains et à partager leurs discussions stériles. Ce qui ne fit que conforter ses impressions négatives sur les habitants de la Tau'ri.

Clairement peu disposé à goûter davantage à la culture Tau'ri, le Goa'uld consulta sa tablette en faisant semblant d'avoir reçu un message urgent.


"Je suis désolée Monsieur Harrison mais nous allons devoir remettre tout ceci à plus tard, le devoir m'appelle ailleurs! Repassez me voir demain matin d'accord? J'en profiterai pour vous donner les résultats!" fit-il avec empressement.

Il quitta la pièce sans donner davantage d'informations, la seringue toujours à la main. Il était désormais plus que temps de s'armer! L'irruption du militaire lui avait fait prendre conscience de sa vulnérabilité s'il venait à être découvert...



Qui est Laureen Stanford?

_________________
Caractéristiques physiques:
1m65, 60 kilos, cheveux châtains foncés, yeux bleus

Equipement:
- Blouse blanche
- Oreillette sans fil "laryngophone"
- Bloc note A5 (0,3 kg)
- Stylos (0,01 kg)
- Appareil photo numérique (0,2 kg)
- Caméra (0,3 kg)
- Lunettes de soleil  (0,15 kg)
- Cyalume (0,06 kg)
- Trousse de secours (0,3 kg)
- Kit médical standard (0,2 kg)

________________
Dernière position connue: JPS
Situation : vient d'être jetée en taule! éè
avatar
Modérateur/Superviseur

Grade : Capitaine
Messages : 919

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
15/100  (15/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Walter Wallas le Ven 4 Juil - 9:03

Le première classe Wallas était content de ne pas avoir dérangé le patient, dans son empressement en ne voyant aucun médecin dans la salle de repos principal il avait fait les quelques salles de soin en étant certain d'en trouver un. Par chance il avait trouvé le docteur qui s'était occupé de son ami et collègue.

*Un vaccin obligatoire ?*

Le militaire ne montra aucune marque de surprise, rester stoïque il savait le faire et sa formation de Ranger le lui avait également perfectionné dans ce domaine. Il ne se souvenait pas avoir reçu un vaccin en dehors de sa visite médicale afin d'être jugé apte au service. Il nota l'information dans son esprit avec une pointe de suspicion.

*Après tout le responsable médicale à changé, il se peut que le docteur Fellner ai pris d'autre disposition... Peut être en rapport à la maladie de Chulak..."

Le première classe Wallas ne prit pas le temps de réfléchir d'avantage. Attendant des réponses capitale, Walter fixait la docteur. Il suivit le regard de la jeune docteur alors qu'elle le jaugeait des pieds à la tête. Il fut surpris d'un tel comportement mais ne connaissant pas spécialement cette femme il n'y fit pas plus attention. Il écouta la docteur lui reprocher d'être ainsi armé en salle de soin, mais le première classe Wallas ne sourcilla pas un instant. Il savait pourquoi il portait un Zat'nik'tel et il savait aussi qu'il lui était encore nécessaire le temps de mettre en oeuvre la l'organisation du passage à cette décharge l'équipe du JPS.

*Je ne l'avais jamais vu avant, étonnant qu'un médecin reconnaisse là une arme en voyant un Zat'nik'tel... Surtout refermé.... Elle est là tout au plus depuis notre départ. Soit deux jours grand maximum.*

Mais après tout la docteur avait peut être été plus curieuse en armement que lui ne l'avait été en matière d'avancé médicale qu'avait apporté le projet SDT. Il mit une nouvelle fois l'information et ces questions dans un coin de son esprit au profit des réponses à ses questions que lui donnait enfin la docteur.

*Je ne lui avais pas trouvé ce caractère de prime abords quand je l'avais croisé en salle de réunion... Je m'étais peut être trompé à son sujet.*

Walter écouta attentivement les informations que lui donnait la jeune femme sur un ton d'irritation. De toute évidence son intrusion avait fait même que celle du sergent Cross à la réunion, sur le coup il comprenait son acte. Il y avait des priorités qui se passaient de bienséance. Et la raison de la perte de raison d'un membre du JPS était l'une de ces priorités. Le JPS était flambant neuf et il ne voulait pas revivre la catastrophe de la maladie de Chulak. Surtout alors qu'il était responsable militaire.

*Bien rapide à perdre son sang froid.*

Pensa le militaire avant d'enfin essayer d'en placer une.

"Comme je le disait à votre patient, je suis désolé de vous déranger mais l'urgence de la situation le réclamait. Je vois que vous avez fait un excellent travaille sur le professeur Sincet et je vous en remercie. Le savoir hors de danger est soulageant pour nombre d'entre nous. Encore merci !"

Le première classe Wallas avait essayé de jouer la carte de l'empathie et esquissa un sourire à la jeune femme. Dans le feu de l'action il n'avait pas véritablement fait attention à elle, mais il devait avouer qu'elle ne manquait pas de charmes. A cette simple pensé un autre visage vint à son esprit. Celui de celle qu'il avait tant aimé et avec cette image vint la douleur, cette spirale au niveau de son coeur. Ce vide et cette impression d'être aspiré par ce vide de l'intérieur. En un instant un refoula ce sentiment. Si Walter était désolé de son intrusion, il ne comprit pas ce qui suivit.

*Si la consultation était privé c'était à moi de quitter la pièce pas à elle d'abandonner son patient.*

Le regard de Walter se dirigea vers la main de la jeune femme qui n'avait pas abandonnée la seringue qu'elle avait. Walter plissa un instant les yeux et alors que la jeune femme sortait de la pièce. Il la suivit et la saisi par le poignet. Faisant ce geste les informations dans son esprit se bousculaient. Les différents points qui l'avaient choqué, la nouvelle arrivée de la jeune femme, les agents dormant du Goa'uld Tonatuih. Walter senti le poids de son Zat'nik'tel dans sa mains alors que toutes ses informations s'enchaînaient.

"Quelle est cette histoire de vaccin ? Je ne l'ai pas reçu personnellement, si vous le voulez bien j'aimerais qu'on aille en discuter avec le responsable médicale, le docteur Fellner."

Le militaire venait de parler froidement, tout du moins d'une façon tout à fait militaire. Si il devait lui faire subir un tir de Zat'nik'tel il ne voulait pas le faire devant tant de témoin, après ça il serait obligé de donner des explications et il ne voulait pas que la panique et la suspicion gagne l'équipe du JPS. Le faire devant Fellner ou mieux dans une salle de soin vide si la salle de soin du responsable était vide était la meilleure solution.




   


Dossier personnel
Qui est Walter Wallas ?
Caractéristiques physiques:
1m75,brun, yeux marron

Equipement:
- Vêtements de sport
- Zat

Dernière position connue : JPS - Infirmerie
Situation : En cours de soins par le docteur Fellner 
avatar

Grade : Laborantin en chef
Messages : 90

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
10/100  (10/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Bruce T Harrison le Ven 4 Juil - 22:24

Bruce, qui était perdu dans ses pensées, se rendit compte d'un autre détail qui lui paraissait important. Sur le coup, encore une fois, il n'en avait pas tenu compte, mais cela aurait du le choquer davantage et instantanément. Bien plus que pour la table et le coup du vaccin juste après la prise de sang.

Toutefois, il vit clairement que l'ambiance venait de changer du tout au tout dans la salle d'infirmerie. Le patient qu'il était, invité par la doctoresse, à revenir demain, décida de mettre son grain de selle en posant une question qui lui apparaissait comme primordiale, surtout étant donnée la réaction du première classe Walter Wallas.


*Wallas, c'est sûr ! J'espère que c'est bien Walter en tout cas !*

" Pardonnez-moi de vous déranger tous les deux, mais j'ai une question à vous poser, Dr Stanford et je crois que vous en connaissez la réponse. D'ailleurs, je pense que monsieur Wallas ici présent sera fortement intéressé par un cours sur la médication. "

En réalité, il ne savait nullement si le militaire en avait quelque chose à faire, mais au vu de sa main serrant le bras de la jeune femme qui semblait particulièrement irritée, au moins autant que l'était Tilokovski, il lui semblait qu'il lui fallait intervenir, mais contrairement à ce que l'apparence de la situation suggérait ou même l'usage de la galanterie, cette fois, ce ne serait pas en faveur de la représentante du sexe féminin.

" N'est-il pas bizarre qu'un vaccin puisse avoir cette forme ? "

Bruce s'était déjà fait vacciné plusieurs fois. Dans tous les souvenirs qu'il parvenait à se remémorer, jamais il n'était question d'une seringue contenant un liquide en telle quantité. Au contraire, souvent, la dite seringue était bien plus petite et surtout le liquide qu'elle contenait était certes visible, mais pas non plus clairement décelable depuis un kilomètre.
Or, pour Bruce, c'était l'impression que cette seringue lui donnait. Le liquide était transparent, en trop grande quantité selon lui et lui donnait l'impression d'un missile prêt à lui transpercer le bras et non pas seulement lui piquer l'épiderme.

" Non, je dis ça car je trouve, parce que moi, je n'y connais rien, hein, mais je trouve qu'il y a beaucoup de liquide pour qu'il s'agisse d'un simple vaccin. Qu'en dites-vous, monsieur Wallas ? "

Bruce jouait carte sur table. C'était sans aucun doute risquer de se faire passer pour un abruti, mais quelque chose le gênait profondément chez ce médecin. Sa conversation avec Wallas lui rappelait trop la manière dont il avait subi son interaction avec le psychologue de la station.

*Bien sûr, il s'agit de deux personnes distinctes. Mais tout de même ...*

Pour le scientifique, c'était une coïncidence de trop. Qu'un psychologue soit misanthrope et irritable est une chose. Qu'il y ait deux personnes aussi tendues à bord avec la même manière de créer des conflits en était une autre. Il y avait anguille sous roche. Quelque chose n'allait pas à bord de la station.
Bruce ne se rapprocha pas trop des deux personnes. Il y avait aisément plus d'un bras de distance entre lui et le couple que formaient le militaire et la doctoresse. Il avait dit à voix haute ce qu'il pensait. Il attendait la réponse et surtout les réactions qui allaient suivre. Bruce s'attendait à tout, surtout à ce que le militaire réagisse d'une manière qui irait sans aucun doute jusqu'à le surprendre, mais montrerait que le première classe comprenait où l'archéologue voulait en venir.

Pour Bruce, aucun doute possible. La seringue ne contenait pas un vaccin.





  

_________________
Caractéristiques physiques:
1m87, 97 kilogrammes, cheveux mi-longs châtains foncé
Équipement:
Tenue militaire pratique dont un casque bloquant les bruits violents
________________
Dernière position connue : sur une planète inconnue dans un château type moyen-âge
Situation : déclaration de la situation
avatar

Grade : Interne
Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Sam 5 Juil - 5:06


La première réaction du Goa'uld lorsqu'il sentit la main de Wallas s'entourer comme un étau autours de poignet fut de s'arrêter immédiatement. Il fit appel à toute la patience qui lui restait pour ne pas se retourner et frapper le militaire. De quel droit cet esclave se permettait-il de le toucher, lui, Kevonan?

*Tu paieras pour ça!* se promit-il en silence alors qu'il forçait son hôte à se retourner pour faire face à l'indélicat.

"Vous n'avez pas reçu ce vaccin parce que c'est une mesure récente que j'ai décidé d'appliquer à tous les nouveaux patients à l'infirmerie. Peut-être que ça vous a échappé mais le comportement de Monsieur Sincet peut laisser présager une résurgence de la maladie de Chulak. Ce qui signifie que le virus a peut-être évolué et que le vaccin actuel n'est plus suffisant. J'ai simplement augmenté la dose par mesure de précaution en sachant que de toute façon une seconde inoculation ne pouvait pas faire plus de mal que de rester les doigts croisés." expliqua-t-il aussi calmement qu'il le pouvait.

Le ton était assuré et bas. L'hôte n'aurait certainement pas pris le risque d'ébruiter cette information en plein milieu d'un couloir fréquenté. Kevonan quant à lui était conscient que son interlocuteur se doutait de quelque chose puisque la seringue lui semblait étrange. Et à juste raison d'ailleurs... Mais l'essentiel était de continuer à jouer le jeu jusqu'à ce qu'un recours à une option plus... violente soit nécessaire.

"Alors nous pouvons aller en discuter avec le docteur Fellner, effectivement... Mais je sais par avance qu'il me donnera raison et que nous allons tous les deux perdre notre temps. Et le mien, justement, est plutôt précieux. Parce que pendant que vous jouez au shérif et que vous vous amusez à imaginer un complot ou je ne sais quelle imbécilité à partir d'un simple vaccin, moi j'essaie de soigner des gens."

Pour ne rien arranger Harrison décida à son tour de jouer à l'inquisiteur. Le Goa'uld l'écouta poser ses questions avec une suffisance contenue. Si les Tau'ri étaient déjà naturellement irritants, celui-là était tout de même particulièrement doué. Il sonda la mémoire de son hôte à la recherche de la meilleure attitude à adopter pour ce genre de "cas" avant de daigner lui répondre.

"Vous voulez un cours sur la médication? Il y a un outil formidable de nos jours qui s'appelle internet! Parce qu'en ce qui me concerne, je n'ai nullement l'intention de perdre du temps à vous faire un cours accéléré sur l’inoculation de vaccins. Pour commencer, vous n'y comprendriez certainement rien. De deux, parce que votre condescendance est plus que déplacée. Pour terminer et surtout, parce que je n'en ai pas envie! J'ai été déjà plus que patiente en vous prenant directement en consultation alors que vous n'avez même pas jugé bon de prendre rendez-vous avant de vous pointer ici!"

Le Goa'uld était bien évidemment sous pression mais il ressentait malgré tout un certain plaisir à jouer son rôle. Il passa son regard de l'un à l'autre et fit mine de comprendre ce qu'on semblait lui reprocher. La surprise qu'il afficha fut immédiatement suivie d'un air vexé doublé d'un soupire outré.

"Je ne sais pas exactement à quoi vous jouer mais si vous avez quelque chose à me reprocher, dites-le clairement! Si vous me jugez incompétente Monsieur Harrison je suis certaine qu'un de mes collègues se fera une joie de devenir votre nouveau médecin traitant. Vous n'avez qu'à en faire la demande à la réception auprès de l'une des secrétaires." fit-elle avant de lever les yeux vers Wallas. "Quant à vous... Vous me saisissez comme si j'étais une criminelle mais il y a encore quelques poignées d'heures je faisais mon maximum pour sauver Monsieur Sincet, vous l'avez déjà oublié? Alors comment osez-vous ne serait-ce qu'imaginer un seul instant que je puisse être une menace pour quiconque à bord?"

Kevonan jouait serré et il en était parfaitement conscient mais il n'avait guère le choix s'il souhaitait éviter le confrontation. Il devait jouer sur le doute de ses interlocuteurs. Si le militaire ne lui avait pas encore tiré dessus, c'est qu'il n'avait que des soupçons et pas encore de preuves. Quant à l'archéologue, il étalait son venin avec habileté mais n'avait certainement pas les compétences nécessaires pour rivaliser avec lui dans une discussion sur la médecine. Après tout, Laureen lui fournissait les informations nécessaires à ce sujet mais Harrison restait rien de plus qu'un doux obsédé des pierres. Le genre d'insecte méprisable et inutile que le Goa'uld se serait fait un plaisir de torturer en d'autres circonstances...

"Maintenant je ne sais pas ce que vous comptez faire mais faites-le vite! Et lâchez-moi, d'accord? Vous avez peur de quoi, que je me sauve? On est sur une station spatiale non? Où voulez-vous que j'aille?"

Il agita le bras brièvement comme pour mieux appuyer ses propos et, ce faisant, en profita pour appuya d'un coup sec sur la seringue. Pas assez pour la vider mais suffisamment pour réduire son contenu à un niveau plus acceptable. Vu les circonstances, faire disparaître les preuves devenait urgent. Et puis le Goa'uld pourrait toujours prétexter que le geste était involontaire et dû à son mouvement brusque...



Qui est Laureen Stanford?

_________________
Caractéristiques physiques:
1m65, 60 kilos, cheveux châtains foncés, yeux bleus

Equipement:
- Blouse blanche
- Oreillette sans fil "laryngophone"
- Bloc note A5 (0,3 kg)
- Stylos (0,01 kg)
- Appareil photo numérique (0,2 kg)
- Caméra (0,3 kg)
- Lunettes de soleil  (0,15 kg)
- Cyalume (0,06 kg)
- Trousse de secours (0,3 kg)
- Kit médical standard (0,2 kg)

________________
Dernière position connue: JPS
Situation : vient d'être jetée en taule! éè
avatar
Modérateur/Superviseur

Grade : Capitaine
Messages : 919

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
15/100  (15/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Walter Wallas le Sam 5 Juil - 10:39

Walter tenant le poignet de la jeune femme fut surpris de l'intervention du patient de la docteur. Écoutant l'homme avec une grande attention il admira un court instant sa grande perspicacité. Son passé militaire ne l'avait pas vraiment amené à mener des enquêtes et bien que ses sens étaient aux aguets l'ancien Ranger fut forcé d'admettre que de nombreux détails lui avait sans doute échappé. Jetant un rapide coup d'oeil vers la seringue il ne fit mine de rien.

*Un vaccin pour un cheval en effet.*

Le militaire tourna son regard vers le patient du docteur Stanford alors que celui ci lui posait une question.

"J'en pense qu'il est légitime pour un patient de poser des questions à son médecin... Normalement pas dans un couloirs mais je comprends votre interrogation."

Le militaire répondit une nouvelle fois sur un ton neutre et détaché et très calme et posé. Si le militaire n'était pas formé à mener des enquêtes il l'était pour gérer la pression et les situations délicate. Et à mesure que l'échange verbale s'allongeait le visage du première classe Wallas devenait de plus en plus impassible. La justification à propos du vaccin amélioré afin de lutter contre une résurgence de la maladie de Chulak fit tilter une nouvelle fois l'esprit de Walter.

*Un résurgence de la maladie de Chulak et on ne vaccine que les nouveaux arrivants à l'infirmerie ! Et ça n'est pas même un ordre de Fellner ?*

Walter avait vu agir le docteur Fellner pendant l'assaut de William Noythink sous l'influence du virus et il n'aurait jamais la situation ainsi. Le militaire se demanda si ce genre d'initiative était d'ailleurs très médicale, en cas de décision autre de son supérieur n'y aurait il pas de conflit entre les traitements si il n'y avais pas de communication ?

*Une dose plus importante de vaccin ? Il m'avait toujours semblé que le nombre de prise et l'espacement était plus important que la quantité inoculé...*

L'ancien Ranger avait été vacciné un bon nombre de fois dans sa carrière de militaire et il s'était toujours demandé pourquoi il fallait autant de rappel au début d'un nouveau vaccin. Walter n'était pas médecin mais ses soupçons devenait de plus en plus présent. Alors que Walter faisait tourner son cerveau à plein régime il essayait aussi bien qu'il le pouvait de continuer à écouter la jeune docteur.

"Je suis également très pris par le temps et loin de moi l'idée de remettre en cause vos compétences mais au jour des informations que vous me donnez là, je pense qu'il est plus qu'urgent d'aller voir le docteur Fellner. Après tout c'est votre supérieur, si votre prise d'initiative est tout à fait louable dans l'urgence, il faut néanmoins l'en informer dans les plus bref délais !"

Le première classe Wallas parlait d'une voix posée et calme, sa dernière affirmation sonna néanmoins comme un ordre. Si ses soupçons étaient fondé il ne voulait pas faire subir ce tir de zat en plein couloir à la jeune femme. Il devrait après cela dire la vériter sur la situation et et générer un climat de suspicion au sein des membres du JPS serait contre productif. Et à l'heure actuelle ils ne pouvaient se permettre cela, surtout au sein des forces armées.

*Il n'y a pas pire que de ne pas avoir confiance en son frère d'arme.*

Pensa t'il alors qu'il écoutait la jeune femme s'expliquer à son patient. Sa condescendance à son sujet le surpris, ça n'était pas une attitude très médicale venait d'un médecin traitant envers son patient. Mais Walter lui laissait encore le bénéfice du doute, le militaire n'était pas du genre à agir avant de réfléchir même si ce bénéfice du doute rétrécissait comme peau de chagrin à mesure que la jeune femme s'exprimait.
Quand la docteur Stanford se mit sur la défensive, Walter haussa les sourcils un court instant. Cette attitude le surpris une nouvelle fois. Mais quand elle se retourna vers lui pour lui rappeler ce qu'elle avait fait pour son ami et collègue, le première classe Wallas se sentit honteux...


*C'est vrai qu'elle a tout donné pour... Non mais attends !*

Walter venait de reconnaître là une technique psychologique qu'employait couramment la femme qui l'avait tant fait souffrir. Faire culpabiliser en cherchant à inverser les rôles, mettre en faute l'autre pour couvrir sa propre faute. Le militaire recroisa le regard de la jeune femme qu'il avait cherché à éviter un instant plus tôt. Le bras de docteur bougea violemment, elle avait plus de force qu'il ne paraissait, ce mouvement fit perdre sa prise au militaire qui n'avait pas prévu cette force. Une nouvelle fois il ne fit mine de rien. Il devait pour le moment garder les apparences.

"Personne ne vous accuse de rien, la question de monsieur Harrison était simplement légitime. Et qui vous parle de criminel. Si je vous ai ainsi saisi le poignet c'est que vous étiez très pressé de partir et que je devais simplement m'entretenir avec vous sans avoir à vous courir après. Mais pourquoi pensez vous que nous pensons que vous êtes une menace pour la station ? Auriez vous quelque chose à vous reprocher ?"

Si son temps en couple avec celle qui lui avait brisé le cœur lui avait appris quelque chose c'était bien à comment gérer de se genre de situation. Walter ne culpabilisait pas, mais continuait d'acculer la jeune femme. Le militaire sur ces mots regarda autour de lui et trouva du regard la porte de la salle de soin du docteur Fellner.

"Je crois que la salle de soin du docteur Fellner est par ici ?"

Dit il en montrant la bonne direction à son interlocutrice en l'invitant à prendre la direction indiquée. Sa main s'affirma imperceptiblement sur son arme, prêt à agir en cas de danger.






   


Dossier personnel
Qui est Walter Wallas ?
Caractéristiques physiques:
1m75,brun, yeux marron

Equipement:
- Vêtements de sport
- Zat

Dernière position connue : JPS - Infirmerie
Situation : En cours de soins par le docteur Fellner 
avatar

Grade : Laborantin en chef
Messages : 90

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
10/100  (10/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Bruce T Harrison le Sam 5 Juil - 17:09

La situation prenait une tournure désagréable mais nécessaire. Bruce se sentait comme au Poker. Il n'avait qu'un cochon en main, soit aucune combinaison de cartes qui lui donne quoi que ce soit de valable, même pas une paire, et avait balancé des éléments de reproche en espérant qu'il avait raison. C'était du bluff au fond.

Cependant, même dans le cas où il avait raison, ce qui semblait se confirmer avec l'attitude de la doctoresse, en plus du fait que sa remarque sur la quantité ne tenait pas debout, la demoiselle ou la dame au nom de Stanford avait probablement raison sur un point.
Elle avait trouvé Bruce condescendant et c'était une attitude que Bruce tentait de réprimer chez lui autant que possible. Ce qui voulait surtout dire qu'il était bien capable de l'être.
Même si la belle jeune femme qui devait avoir une dizaine d'années de moins que lui n'était pas des plus aimables aujourd'hui, surtout avec sa remarque sur Internet que Bruce trouvait déplacé, le géologue avait sans doute, malgré lui, été tout aussi désagréable à sa manière. De plus, il était normal qu'elle se défende surtout si elle se sentait bel et bien menacée.
L'espace d'un instant, Bruce pensa à l'utilité de la toile. Pour en avoir tenté à plusieurs reprises l'expérience, le géologue trouvait qu'il s'agissait d'un super outil quand il s'agissait d'informer, mais si peu pratique quand on cherchait a apprendre. Il enviait presque les hackers pour leurs capacités qu'ils avaient à en user à leur guise.

*Mais là n'est pas le propos !*

Bruce sentit la tension qui aurait pu être visible à l’œil nu si on avait été dans un manga. Mais c'était la réalité. La jeune femme si elle n'avait pas perdu patience était sur le point de la perdre.

Il crut bon, surtout en voyant avec quel geste violent elle se débarrassa de la poigne du militaire, de faire preuve de diplomatie et de présenter des excuses au médecin.

"Dr Stanford ! Si vous me permettez, je vous prie de bien vouloir me pardonner pour la remarque portée à votre encontre. Ce n'était en effet ni poli, ni probablement juste et il semble bien que vous aviez raison de me répondre comme vous l'avez fait, aussi brusque cela a-t-il pu être."

Toutefois, Bruce, pour avoir entendu ce qu'il jugeait comme une excellente remarque de la part du militaire, ne s'arrêta pas là. Si celui qui était apparemment le responsable en chef de la section médicale était bien présent, autant en profiter et lui demander son avis. Et puis, ce ferait toujours une personne de plus avec qui converser dans la station.

*Qui sait ? Peut-être le médecin vu tout à l'heure dans la salle d'entraînement n'était autre que le Dr Fellner ?*

"Toutefois, Mademoiselle Stanford, enfin, je suppose, ou Dr, si vous préférez, puisque votre collègue a la possibilité d'être présent, autant en profiter pleinement et lui demander son opinion. De ce que je sais, vous m'avez dit vous-même être nouvelle ici. Or, il est humain de se tromper quoique je pense cela fort rare dans votre cas étant donné le professionnalisme dont vous devez faire rigueur. Soit vous avez raison et dans ce cas, je réitérai mes excuses, je resterai avec le Dr Fellner et ne chercherai plus à vous importuner. D'ailleurs, je tâcherai de vous éviter soigneusement sauf si vous m'ordonnez le contraire. Soit vous avez tort, ce que je ne souhaite pas, et dans ce cas, ce sera toujours une information utile à retirer auprès de votre confrère. De plus, je pourrai ainsi lui demander ce qu'il en sera de mes analyses sanguines. Qu'en dites-vous ?"

Bruce savait qu'il avait beaucoup parlé et en repensant à ce qu'il avait dit, il sentait qu'il avait été mielleux jusqu'au bout des ongles. Il espérait ne plus avoir à refaire un tel exercice de verve pour tenter de transformer une situation en la faisant passer de la guerre aux négociations.

*Au moins vaut-il mieux l'armistice que la victoire écrasante et sanglante ! En tout cas, dans ce cas, oui !*

"D'ailleurs, pour vous prouver notre bonne foi à tous deux, je vous propose que monsieur Wallas et moi-même reculions et vous laissions décider d'ouvrir la porte sans vous forcer à quoi que ce soit. Sinon, laissez-moi m'en charger, je dois moi-même voir le Dr Fellner. D'ailleurs, puisque c'est votre collègue, vous pourriez ainsi me présenter et ce serait une bonne chose de faite. Je vous le demande comme un service. A genoux s'il le faut !"

En fait, si Bruce avait invité Wallas à reculer, c'était pour une double raison. La première pour mettre en confiance la jeune femme ce qui était sincère et qu'il avait d'ailleurs expliqué en parlant de bonne foi. Toutefois, Bruce pensait, et c'était la seconde raison, qu'il serait plus simple pour le militaire, en étant plus éloignée de la doctoresse, de faire usage sur elle de l'arme nommée apparemment zatniktel ou quelque chose dans ce genre-là, dont il connaissait d'ailleurs les effets. Pour avoir vu son propre ami James Conrad Ferrus en faire usage sur un autre militaire qui, heureusement, n'en était pas mort, le géologue savait que ce serait douloureux, mais heureusement, non mortel. Et si James en avait fait usage, c'est que cela ne devait pas laisser de séquelles, hormis peut-être la sensation d'avoir été électrocuté.

Bruce repensa qu'il avait peut-être tort de faire confiance au militaire. Toujours avoir un doute valable. Mais en ce moment, son doute valable était pointé sur la ravissante femme et non sur l'homme, qui à bien y regarder, devait lui aussi être plus jeune que Bruce. En même temps, il ne trouvait pas cela difficile. Le scientifique faisait plus vieux que son âge. Bien plus vieux.

Un rythme de sommeil forcé à quatre heures par jour pendant des années et plusieurs autres conditions extrêmement rigoureuses à cause de ses années d'étude et de mise en pratique de ses doctorats l'avaient en quelque sorte fait vieillir prématurément. Bruce n'avait trouvé la stabilité de son esprit que grâce à une condition physique qu'il entretenait au mieux avec sports et arts martiaux.

*Un esprit sain dans un corps sain !*

Bruce attendait devant la porte, se demandant si elle lui demanderait de s'éloigner pour qu'elle l'ouvre elle-même ou au contraire, s'il devrait l'effectuer lui-même. Il songeait surtout aux derniers mots qu'il avait prononcés.

*Là, j'en ai peut-être fait un peu trop ! A genoux ! Non mais quelle idée ?*

En même temps, il fallait reconnaitre qu'avec un physique pareil, on devait soulever des montagnes pour cette personne diplômée en médecine, alors s'agenouiller...

*Au fond, c'est un moindre mal ! Cela dit, je pense que j'ai vraiment besoin de sortir si j'en arrive là !*

Bruce en attendant la réponse du Dr Stanford songea à la dernière fois qu'il avait eu une véritable petite amie. Il constata comme un certain désastre dans sa vie sentimentale.





  

_________________
Caractéristiques physiques:
1m87, 97 kilogrammes, cheveux mi-longs châtains foncé
Équipement:
Tenue militaire pratique dont un casque bloquant les bruits violents
________________
Dernière position connue : sur une planète inconnue dans un château type moyen-âge
Situation : déclaration de la situation
avatar

Grade : Interne
Messages : 106

Informations
Poids porté:
1/25  (1/25)
Points SGZ:
0/0  (0/0)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Laureen Stanford le Dim 6 Juil - 8:48


Les choses prenaient une tournure des plus désagréable pour Kevonan et il se retrouvait peu à peu acculé et forcé de se mettre sur la défensive. Ces esclaves étaient plus que collants et leurs questions étaient autant d'affronts qu'il rêvait de laver dans le sang. Mais les choses étant ce qu'elles étaient, la seule carte qu'il pouvait jouer était celle de la coopération. Il fit donc mine de se radoucir en écoutant ce que les deux empêcheurs de tourner en rond avait à dire en se disant qu'il arriverait de toute façon prendre le dessus sur les deux humains. Puisque la discussion semblait bel et bien inévitable autant essayer de l'orienter dans la direction qu'il voulait.

"D'accord, je suppose que je n'y échapperai..." soupira-t-elle avant de faire un signe positif de la tête. "Très bien Monsieur Wallas, allons voir le docteur Fellner si ça peut vous rassurer! Vous serez ainsi fixé pour de bon et vous pourrez passer à autre chose. Et moi aussi!"

Il passa les yeux bleutés de la jeune femme sur le visage de ses interlocuteurs en espérant y voir une quelconque forme de satisfaction. Mais il y avait encore un point à éclaircir avant de se pencher sur les questions de cet irritant Géologue:

"Mais n'essayez pas de me la faire à l'envers d'accord? Toute personne sensée qui souhaite attirer l'attention de quelqu'un ne lui saisit pas le poignet comme vous l'avez fait. Il y a une fonction très pratique chez l'être humain qui s'appelle la parole et la plupart des gens y ont recours avant d'avoir des gestes comme le vôtre. Alors non, je ne pense pas être une menace pour cette station et non, je n'ai rien à me reprocher! Voyez seulement dans ma réaction la conséquence logique de vos actes!"

Le Goa'uld plongea un instant son regard dans le sien en se demandant s'il pouvait user des charmes de son hôte pour tenter de faire changer d'avis le militaire. Après tout les femelles humaines avaient parfois une influence étonnante sur les mâles comme il avait pu le constater à plusieurs reprises. Kenovan se promit de garder cette option pour plus tard au cas où les choses se compliquaient davantage. Délaissant enfin son observation du militaire, le Goa'uld tourna lentement la tête vers le Géologue.

L'idée de le voir à genoux comme il venait de le suggérer était extrêmement séduisante. Après tout c'était la place naturelle de l'humain face à un Goa'uld! Mais il ne pouvait malheureusement pas profiter de cette proposition pour l'instant. Pire encore, il allait devoir jouer sur le terrain de la conciliation puisque c'est celui qu'avait choisi Harrison. En même temps il aurait bien voulu le voir, lui, si la situation avait été inversée. Qu'aurait-il fait s'il s'était permis de venir le voir dans son laboratoire, remettre en cause ses capacités avant de demander à ses collègues de venir confirmer son travail?


"J'accepte vos excuses, inutile de vous mettre à genoux." lâcha-t-il sur un ton radoucit. "Mais vous avez une fâcheuse tendance à vous mêler du travail des autres si vous voulez mon avis! Vous l'avez fait avec moi en allant jusqu'à arguer que je me suis trompée de vaccin et en continuant vraisemblablement de le croire puisque vous désirez une confirmation d'un collègue. Et vous venez de le faire avec Monsieur Wallas ici en m'offrant un simulacre de marché qui n'a pas lieu d'être alors que la sécurité relève de son domaine et non du vôtre. Peut-être que la prochaine étape sera d'aller vers Mademoiselle Fallen pour lui expliquer comment elle devrait gérer cette base? Parce que si je effectivement nouvelle comme vous l'avez fait remarquer il y a quelques instants, je me permets de vous rappeler que c'est également votre cas. Quant à ce vaccin, puisqu'il semble vous causer tant de tracas..."

Le Goa'uld jouait à un jeu dangereux et il en était parfaitement conscient mais il n'avait pas le choix. Il ne pouvait pas se pointer devant Fellner avec un anesthésiant dans une seringue, ce dernier l'identifierait certainement rapidement. Kevonan avait prit soin d'en réduire la dose avec de légers et imperceptibles mouvements du pouce. Il avait également fait attention à ce que le liquide soit expulsé sur le côté de son jeans qui absorbait rapidement les faibles doses qu'il recevait. Si les calculs qu'il avait faits grâce aux connaissances de son hôte étaient correcte, la quantité d'anesthésiant dans la seringue n'était plus létale.

Il se l'enfonça alors d'un mouvement rapide dans la cuisse et en vida le contenu dans le corps de son hôte. Une légère brûlure fut rapidement remplacée par l'absence de sensation alors que le produit se répandait dans le muscle puis, après avoir été quelque peu filtré, dans le sang. N'importe quel humain aurait sans doute été gagné par une grande fatigue avant de s'endormir mais le Goa'uld était presque sûr de pouvoir lutter contre l'anesthésiant pour peu qu'il y consacre une part de ses ressources. Un léger voile vint obscurcir sa vision, s'amplifiant peu à peu jusqu'à finalement se stabiliser. Il fit son possible pour masquer ses émotions et haussa ensuite les épaules d'un air qui se voulait décontracté.


"Si j'avais le moindre doute quant au produit utilisé, vous croyez que je me le serais injecté sans sourciller?" releva-t-il sur un léger ton victorieux. "Mais si vous souhaitez encore demander d'autres confirmations, n'hésitez surtout pas! Vous trouverez la fiole avec le produit en question au troisième étage du petit frigo qui se trouve sur votre droite."

Elle désigna le frigidaire qui gardait les vaccins au frais et dans lequel elle s'était servie quelques instants plus tôt. Bien entendu, elle indiquait le vrai vaccin et non l'anesthésiant.

"Ce doit être le deuxième depuis la droite, juste à côté des antibiotiques! Quand vous aurez trouvé, nous pourrons donc aller demander à Monsieur Fellner son avis et même en profiter pour récupérer vos analyses de sang!"

Elle attendit quelques secondes et poursuivit sur un air plutôt enjoué même si la fatigue commençait à se faire intense.

"Quand vous voulez messieurs!"



Qui est Laureen Stanford?

_________________
Caractéristiques physiques:
1m65, 60 kilos, cheveux châtains foncés, yeux bleus

Equipement:
- Blouse blanche
- Oreillette sans fil "laryngophone"
- Bloc note A5 (0,3 kg)
- Stylos (0,01 kg)
- Appareil photo numérique (0,2 kg)
- Caméra (0,3 kg)
- Lunettes de soleil  (0,15 kg)
- Cyalume (0,06 kg)
- Trousse de secours (0,3 kg)
- Kit médical standard (0,2 kg)

________________
Dernière position connue: JPS
Situation : vient d'être jetée en taule! éè
avatar
Modérateur/Superviseur

Grade : Capitaine
Messages : 919

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
15/100  (15/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Walter Wallas le Dim 6 Juil - 10:10

Walter entendit le patient du docteur Stanford répondre à la jeune femme avec une extrême courtoisie. Sur le coup in ne sut comment interpréter ce que l'homme disait, était il ironique ou bien cela était il naturel dans son caractère en de telles circonstances ? Et alors qu'il l'entendait, une expression lui vint à l'esprit.

*Trop poli pour être honnête...*

Le militaire eut un sourire intérieur alors que son visage était impassible, regardant ce qui se déroulait sous ses yeux. Il savait qu'il avait laissé peu de marge de manœuvre à la jeune femme. Et bien qu'il restait une faible marge d'erreur sur son jugement les précautions étaient de mise compte tenue des informations. Tonatuih avait placé des agents dormant dans la station et il pensait bien être devant l'un d'eux. Le militaire voyez très bien les manœuvres rhétoriques et psychologique qu'il employait avec la jeune femme.

*Lui faire croire qu'elle est libre de ses choix... Un vrai manipulateur celui là.*

Pensa t'il alors qu'il entendait des mots qu'il n'avait aucune envie d'entendre. Le première classe Wallas voulait le moins de personne possible présente quand il administrerait la décharge de l'arme. Il ne pouvait risquer que l'information s'évente pour le moment. Cette affaire réglée il avait pensé à un protocole pour que tous l'équipage du JPS passe à cette douloureuse mais nécessaire expérience. Il se tourna vers le patient de la jeune docteur et fronça un instant les sourcils.

"Nous devons nous entretenir entre responsables avec le docteur Fellner et le docteur Stanford Monsieur Harrison, si cela ne vous dérange pas, il vous faudra prendre rendez vous pour le rencontrer"

Walter insista sur sa dernière phrase. Il lui faudrait déjà expliquer les circonstances à Eric Fellner mais il avait confiance en son pragmatisme, de plus sa position au sein du JPS lui ferait garder le silence. Il n'avait en revanche aucune certitude concernant l'homme devant lequel il se trouvait. Walter esquissa un sourire de satisfaction, il venait d'obtenir ce qu'il voulait.

"ça n'est pas tant pour me rassurer que pour le bon fonctionnement du JPS. Je pense que prévenir votre supérieur dans ce genre de circonstances est la moindre des choses."

Le militaire avait répondu sur un ton des plus naturel, du moins autant qu'il pouvait l'être avec le climat de suspicions qui planait. Quand la jeune femme monta sur ses grands chevaux et se montra indigner de l'acte de Walter celui ci ne broncha pas. A ses yeux sa réaction était démesuré par rapport à l'acte en question.

*Je ne sais pas qui essai de la jouer à l'envers à qui... Mais une chose est certaine la réaction est un brin démesurée...*

En pensant cela, il ne peut s’empêcher de penser à Thomas et à sa réaction, à son acte démesuré. Se pouvait il que le médecin qui la soignait ait été atteinte aussi par ce mal ? Une résurgence du mal de Chulak serait à la source de ces comportements d'après ces dires. Walter n'y connaissait rien en médecine mais il n'avait aucune envie de revivre ça. Quoi qu'il en soit le militaire préféra garder le silence en voyant l'irritation de la jeune femme. Il fallait parfois savoir se taire et cette fois en faisait parti.

Quand il vit la jeune femme s'inoculer elle même le contenue de la seringue dans sa cuisse. Il en fut plus que surpris à quoi bon faire cela ? Le première classe Wallas n'y comprit absolument rien, cet acte n'avait aucun sens à ses yeux et ne prouvait rien de plus que ce qu'apprendrait la discussion avec le responsable médicale de la station. A moins que...


*A moins que la seringue ne contienne une substance mortelle et qu'une nouvelle fois un suicide se déroule sous ses yeux !*

Si la jeune femme souffrait du même mal que Thomas cette option n'était pas à écarter, il s'attendait à voir la jeune femme s’effondrer d'un moment à l'autre mais rien n'y fit. Il la vit même avancer vers la porte de la salle de soin du docteur Fellner avec aucune difficulté. Cette acte l'obséda jusqu’à la porte de la pièce qu'il gagnait. ça n'a vraiment aucun sens... Finit il par essayer d'admettre sans chercher plus loin...



   


Dossier personnel
Qui est Walter Wallas ?
Caractéristiques physiques:
1m75,brun, yeux marron

Equipement:
- Vêtements de sport
- Zat

Dernière position connue : JPS - Infirmerie
Situation : En cours de soins par le docteur Fellner 
avatar

Grade : Laborantin en chef
Messages : 90

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
10/100  (10/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Bruce T Harrison le Dim 6 Juil - 11:09

Bruce n'en croyait pas ses yeux. Devant lui, le jeune médecin de sexe féminin s'était inoculé tout le produit qu'elle destinait à Bruce. Elle avait appuyé sur la seringue après avoir planté l'aiguille totalement dans la cuisse. Elle avait même fait une remarque sur le fait que le produit puisse être autre qu'un vaccin.
Bruce attendit. Il y avait une possibilité, aussi infime soit-elle, que le Dr Stanford ait commis une erreur.  Qu'elle ait tenté de se suicider, il n'y croyait guère. Il patienta en l'observant, mais rien ne se produisit, hormis le fait que la femme médecin semblait toujours aussi désagréable, mais cette fois, elle avait une véritable excuse. Elle venait tout de même de s'injecter tout un produit qui, apparemment, était bien un vaccin. De plus, le contact douloureux du à l'aiguille ne devait pas être fait pour lui plaire.
Bruce ne sut que penser de tout cela. Il se sentait idiot au possible. Idiot car même s'il avait raison, il ne pouvait plus rien prouver à propos de ses belles théories sur l'étrangeté de la femme face à lui. Pour lui, inutile de vérifier où les vaccins étaient bien rangés. Elle avait sans aucun doute raison. De plus, aller voir mettrait sans doute la demoiselle dans une telle rage que Bruce serait sans doute obligé de demander une nouvelle affectation, voire la démission du poste qu'on lui avait confié. Après tout, la femme, au vu des circonstances, pourrait très bien porter plainte pour harcèlement. Le pire serait sans doute le harcèlement sexuel.

Techniquement, le première classe Wallas n'avait quasiment rien à craindre. C'était quasiment son travail de passer la sécurité au détail et d'être constamment suspicieux. D'autant que pour quelqu'un dans le doute en permanence, il était loin d'être insupportable. Ce serait sans doute une compagnie agréable, un de ces jours.
Pour Bruce, c'était bien autre chose. Il n'était que scientifique spécialisé dans l'étude des composants d'une planète. En tant que tel, beaucoup ne comprenaient pas que justement parce que c'était un homme de sciences, il devait laisser une place importante au doute. De plus, la séduisante jeune femme avait raison de préciser que Bruce avait une forte tendance à se mêler des affaires d'autrui. En fait, c'était plutôt des domaines, même si Bruce avait ses raisons.

Étant donné les recommandations du militaire et l'opinion du médecin, laquelle semblait être calmé et plus disposé à agir de concert avec le soldat, Bruce accepta de quitter l'infirmerie.
" Entendu, Monsieur Wallas ! Je prendrai rendez-vous comme il se doit avec le Dr Fellner. Dr Stanford, je vous prie d'accepter encore une fois toutes mes excuses. Étant donné mon comportement et la détermination avec laquelle vous avez prouvé que vous ne tentiez rien envers ma vie, si ce n'est de la prolonger, je pense qu'il vaut mieux que je laisse de l'espace entre nous deux, aussi je ne me présenterai plus à vous. Merci d'avoir été aussi patiente et encore désolé pour mon mauvais comportement ! Je n'oublierai pas que le médecin ici, c'est vous et non moi."
Sur ces mots, Bruce se dirigea vers la sortie qu'il franchit sans mal. Hors de la salle, il repensa à la manière dont le première classe avait prononcé le nom du docteur et eut un sourire. Il aurait bien aimé rire, mais la situation, qui avait finalement fait de lui un imbécile, ne s'y prêtait guère.
Il songeait surtout sur le chemin le menant à l'ascenseur comment il pourrait montrer au Dr Stanford qu'il était vraiment désolé et qu'il souhaitait se racheter.
*Je n'ai qu'à lui écrire tout cela.*
Une lettre devrait parfaitement faire l'affaire. Il avait promis de ne plus l'importuner physiquement de toute façon. S'il devait nouer des contacts avec cette personne, ne serait-ce que pour des soins, comme elle s'y était prêtée à son arrivée, ce serait dommage de ne pas en profiter, surtout un jour où le seul médecin valable pourrait éventuellement être elle et seulement elle.
Il songea à ce que son ami James lui avait dit quelques heures auparavant. Il l'avait cordialement invité à se sustenter à ce qui devait être le réfectoire ou quelque chose comme ça. Il fallait avouer que Bruce avait faim. Il décida donc que le mieux à faire était d'aller voir James. Peut-être le géologue trouverait-il la paix grâce à ce vieux camarade ? Il se sentait si stupide.

Toutefois avant ça, il pensait que le mieux serait de mettre par écrit la folle entrevue qu'il avait eu dans l'infirmerie. Il ne faisait aucun doute que ce qui s'était passé se saurait très vite et que cela remonterait sans peine aux oreilles des responsable dont Mme ou Mlle Fallen. Plutôt que de se lancer dans un long discours où il serait sans cesse interrompu et il donnerait beaucoup trop de détails dans lesquels on se perdrait, il songeait que le mieux était d'en faire un rapport et de le garder sous clé jusqu'au moment où il en aurait besoin pour se défendre. Qui sait, son ami Marc Cross pourrait même peut-être l'aider ? L'administration était un domaine qu'il maitrisait vu ses qualités d'orateur.

Avant de grimper dans l'ascenseur pour retourner dans ses quartiers, Bruce était toujours envahi par le doute.
*Quel dommage d'être si lent d'esprit !*
Bruce ne voyait qu'une solution si une conversation avec James ne le réconfortait pas. Aller continuer ses études aux laboratoires. Il avait toujours ses trois sujets dont il lui fallait apprendre le maximum. Puis, il y avait tout le reste. Il lui faudrait en apprendre plus, encore et davantage. Aujourd'hui, il était passé pour un abruti et un monsieur-de-quoi-je-me-mêle. Il lui faudrait améliorer son image. Sans parler du fait qu'il soit passé pour un gros malotru auprès de celle qui devait être justement la responsable du projet.
Décidément, Bruce avait du travail. Au moins, savait-il comment ses journées, surtout l'actuelle, seraient remplies.





  

_________________
Caractéristiques physiques:
1m87, 97 kilogrammes, cheveux mi-longs châtains foncé
Équipement:
Tenue militaire pratique dont un casque bloquant les bruits violents
________________
Dernière position connue : sur une planète inconnue dans un château type moyen-âge
Situation : déclaration de la situation
avatar
Modérateur/Superviseur

Grade : Capitaine
Messages : 919

Informations
Poids porté:
0/0  (0/0)
Points SGZ:
15/100  (15/100)

Re: Sortie du coma ?!

Message par Walter Wallas le Mer 9 Juil - 10:03

Walter avait été amené par deux brancardier dans un lit de repos de la salle commune. Si il était immobilisé son esprit lui ne l'était pas. Son regard fixé sur le plafond une il n'avait qu'une chose à faire penser. Une fois le stade de la honte dépassé, il se focalisa sur les derniers événements. Le comportement de la jeune docteur lui faisait se poser une multitude de question. Il essaya d'organiser les différentes informations qu'il avait relever afin d'en dégager une tendance général.

*Se piquer elle même avec cette seringue ! Non mais quel médecin ferait ça ?*

C'était bien l'information la plus incongrue qu'il avait à organiser dans on esprit à propos de ce sujet. Après de longues minute de reflexion les doutes peu à peu s'estompaient. Si Walter ne pouvait accuser la jeune femme de l'équipe médicale catégoriquement, elle figurait sur la liste des personnes à suivre de prés. Les informations qu'avait donné le chef de l'Achilles étaient pour le moins alarmante. Et si il devait à ce jour dresser une liste des personnes soupçonné d'être des agents dormant de Tonatuih il est certain que Laureen stanford en serait en tête.
Chaque minute qu'il passait dans ce lit permettait à ses agents d’œuvrer dans l'ombre et d'accomplir on ne sait quel méfait. Il n'avait pas prévu les choses comme ça mais il serait bien obligé d'accélérer son plan. Son regard au bout de longues minutes se débloqua enfin. Dirigeant son regard vers ses pieds, le première classe Wallas regarda son orteil.


*Maintenant tu vas bouger !*

Avec volonté et concentration, le militaire cherchait à hâter sa liberté de mouvement. Il ne sut pas si il s'agissait de sa volonté et des ses efforts ou simplement le temps qui dissipait les effets du zat mais son orteil finit par bouger.

*Voila le plus dur est fait !*

Pensa t'il alors qu'il continua à se concentrer et à aiguiser sa volonté sur le reste de son corps. Peu à peu il reprit contrôle membre après membres. Quand il se redressa sur le lit ses mouvements étaient encore hésitant. Il enfila ses vêtements qu'ils avaient laissé sur la table de chevet. Le militaire remercia la diminution d'effectif et de budget qui laissait un personnel médicale réduit en salle commune. Sans ça nul doute qu'un infirmier ou un médecin l'aurait retenu plus que de raison. Enfin habillé il passa au plus compliqué enfiler ses chaussures. Lasser ses rangers fut la tache de loin la plus compliqué, il s'y reprit à une dizaine de fois avant d'enfin arriver à faire les deux. Debout sur ses jambes qu'il sentait comme dans du coton il fit quelque pas. Dans la poche de son pantalon militaire il sentit, le poids de son Zat, au moins elle ne lui avait pas pris, c'était au moins ça...

*Plus je bougerais et plus les effets devraient se dissiper rapidement !*

Pensa t'il, il fit quelque mouvement de bras, mais cela ne sembla rien arranger du tout. Il n'avait pas le temps de s'y pencher d'avantage, il devait gagner son bureau et organiser la suite des événements. Il regrettait de ne pas avoir pu passer un peu de temps avec son ami et collègue, Thomas, mais il ne pensait pas si vite tomber sur une menace potentiel. C'est avec cette volonté de protéger la station et tout ceux qui s'y trouvait qu'il prit la direction de la sortie de l'infirmerie.



   


Dossier personnel
Qui est Walter Wallas ?
Caractéristiques physiques:
1m75,brun, yeux marron

Equipement:
- Vêtements de sport
- Zat

Dernière position connue : JPS - Infirmerie
Situation : En cours de soins par le docteur Fellner 

    La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 22:21