Stargate Zone
Bienvenue,

SGZ est un forum RPG, c'est-à-dire que vous incarnez un personnage avec une vie, un passé, des émotions, des envies, des manies, etc ...
Vous le faites vivre, parler et tout ça par écrit.


Etape 1 : Lisez le Wiki de Stargate Zone

Etape 2 : Inscrivez-vous

Etape 3 : Présentez-vous

Etape 4 : Amusez-vous !

Avec Stargate Zone bienvenue aux portes de l'imaginaire !

Partagez
Aller en bas

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mar 26 Juin - 4:05
« Je veux bien croire que vous avez découvert tout un nouveau monde gustatif. Et des nouvelles textures aussi. Ça m'arrive aussi quand je visite de nouvelles planètes. Et si j'étais vous, j'éviterais les barres énergétiques, à moins d'être désespérée et ne pas avoir le choix… ou d'être curieuse de voir les progrès faits dans ce domaine. » fit-il en riant doucement.

Il secoua la tête toujours en riant lorsqu'elle l'informa qu'elle était comme Zander au niveau ennui tandis que son ami levait les yeux au ciel.

« Misère, vous aussi vous êtes un aimant à problème ? Mais vous êtes certainement plus à même de vous défendre et d'élaborer une stratégie qui tienne la route pour vous en sortir. Lui, pas trop. Parce que les beaux parleurs dans son genre n'arrivent pas forcément à se sortir de toutes les embrouilles dans lesquelles ils mettent les pieds rien qu'avec des mots doux. »

Il soupira quand elle parla des grosses têtes locales qui ne tenaient pas compte de ses conseils, toujours avec pour argument l'argent. C'était un refrain qu'il avait souvent entendu, et pas seulement concernant le domaine militaire.

« Ça ne m'étonne pas. Ils réaliseront trop tard qu'ils auraient dû se fier à votre expérience hors norme et vous écouter. » fit-il.

Prius regarda avec curiosité ce que Nadja venait de ramener pour terminer le repas tandis que le couple attaquait joyeusement la chose.

« Ouh là, tu n'y a pas été de main morte sur la tequila. Tu sais que je travaille demain ? » s'exclama le pilote qui venait de goûter le dessert.

Il ne voulait pas arriver à l'infirmerie avec la gueule de bois. Il ne pouvait pas se le permettre. Il faisait son possible pour ne pas se faire remarquer ou causer d'esclandre, afin de regagner la confiance écornée des dirigeants et rentrer dans leurs bonnes grâces.

Prius prit une généreuse cuillère de la glace et se mit à tousser, surpris par plusieurs choses à la fois.


« Diantre, je m'attendais pas à ce que ce soit froid… Ou que ça baigne dans l'alcool. C'est… intéressant. » dit-il après en avoir repris une bouchée, plus petite cette fois.

Une fois qu'ils eurent terminés, Zander débarrassa la table et entreprit de faire la vaisselle avant de revenir au salon.


« Désolé, mais je vais devoir vous laisser. Il y a une épidémie de grippe et de gastro qui sévit en ce moment et l'infirmerie est un peu à court de personnel. Du coup, on m'a demandé de commencer plus tôt pour pallier le manque. Peut-être qu'il faudra aussi que je reste un peu plus tard. » annonça Zander.

Il s'approcha et déposa un baiser sur les lèvres de Nadja avant de lui sourire.

« Je suppose que tu seras toujours là demain ? » demanda-t-il ensuite au prêtre qui hocha la tête pour confirmer.

« Oui, pour trois ou quatre jours, à moins que tu me jettes dehors avant ou qu'on me rappelle. » répondit-il avec un sourire.

Il regarda partir Zander qui leur souhaita une bonne nuit, à la fois pensif et interrogateur.


« Il prend vraiment son engagement ici au sérieux à ce que je vois. Ou est-ce que je me trompe ? Si je ne le connaissais pas, je dirai que ce n'est qu'un prétexte pour m'éviter. » dit-il doucement.
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mer 27 Juin - 23:06
« - Je peux me défendre, c’est certain. Mais mes méthodes ne sont pas toujours les meilleures pour résoudre les problèmes. Les beaux parleurs ont leur avantages. »

Elle s’amusa quand son mari lui reprocha d’avoir eu la main lourde sur l’alcool qui accompagnait la glace.

« - Rien ne t’oblige à le finir, tu sais. C’est juste pour donner du goût. Et puis la bouteille était déjà quasi vide, je ne voulais pas laisser un fond. »

La bonne excuse… en tout cas, l’ami de Zander sembla trouver le dessert à son goût. S’il fit preuve de circonspection dans sa dégustation, ca ne l’empêcha pas de terminer sa coupe.

Nadja fut assez surprise que le pilote aille se coucher si tôt mais n’essaya pas de le retenir. Il avait sans doute besoin de calme.

« - Oui. Je crois qu’il aime vraiment ça. Et je ne pense pas que ça soit une excuse. J’ai entendu parler de cette épidémie. »

Mais que cela nécessite sa présence si tôt le matin, elle en était bien moins sure. Mais bon entre époux, on se serre les coudes.

« - Vous le trouvez comment ? demanda-t-elle finalement. Enfin si ça n’est pas trahir un quelconque secret médical ou confessionnal ou je ne sais trop quoi. »

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Jeu 28 Juin - 4:14
Prius était d'accord avec Nadja. Il ne pensait pas non plus que ce soit un prétexte pour l'éviter, même s'il savait que son ami avait besoin de solitude lorsqu'il se trouvait dans une situation qui le mettait sur les nerfs.

« Il a l'air en tout cas. Mais si j'ai bien compris, il ne s'attendait pas à suivre une formation médicale aussi poussée. Il demandait quelque chose de plus basique. Je pense que cela l'a aidé à s'intégrer et à trouver une place sur la station. Je pense aussi que ça lui fait beaucoup de bien d'être dans une organisations structurée qui lui offre une certaine stabilité et qu'il ne soit plus livré à lui-même en permanence. Mais je reste tout de même surpris qu'il ait entrepris une telle démarche et qu'il soit resté aussi longtemps. » fit-il, regrettant encore une fois que le pilote ne soit pas plutôt resté avec les Bergers, où il avait pourtant semblé se plaire.

Il se demanda à quoi Nadja faisait référence lorsqu'elle parla de trahir un secret s'il lui parlait de ses impressions sur l'état de Zander. Puis il se rappela que certaines planètes interdisait que des médecins ou des prêtres parlent de leurs patients ou ouailles à quiconque.

« Il n'y a qui nécessite le secret dans votre question. Il a l'air d'aller plutôt bien dans l'ensemble. Mais quelque chose le travaille, c'est certain. Et c'est sans doute lié à Harlan et à ses souvenirs. J'ai préféré ne pas aborder le sujet tout de suite. Je verrai demain si une occasion se présente. » lui dit-il avant d'aller s'installer dans le canapé pour continuer à profiter de la soirée.

******

Zander se retourna pour la énième fois. Encore une fois le sommeil le fuyait après un autre cauchemar. Sachant qu'il ne se rendormirait pas dans l'immédiat, il préféra se lever pour ne pas déranger et réveiller Nadja à force de s'agiter. Il retint un soupir en voyant l'heure : 1 h 35.

Il sortit de la chambre et gagna le salon avec l'idée de lire un peu et de se faire une tisane, qui soi-disant aidait à se détendre et à dormir. Soit c'était du pipeau et ça n'était pas efficace, soit cela n'avait aucun effet sur lui. Dans tous les cas, c'était devenu une sorte de rituel dans ce genre de situation assez fréquente ces dernières semaines. Même Stella ne lui faisait plus de remarque sur ses réveils nocturnes.


« Tu n'arrives pas à dormir ? » fit une voix derrière lui.

Il sursauta et se retourna brusquement.

« La vache, tu m'as fichu la trouille… » dit le pilote qui avait oublié que le prêtre se trouvait à bord.

« Je vois ça. Mais ça ne répond pas à ma question. » dit Prius avec un petit sourire. Il n'attendait d'ailleurs aucune réponse.

« Et toi, alors ? » rétorqua son ami sur la défensive.

Prius soupira et secoua la tête.

« Tu devrais te souvenir que j'ai le sommeil léger et que le moindre bruit me réveille. C'est l'inconvénient quand on passe son temps à veiller sur des gens malades. Et tu n'as pas été particulièrement discret. » dit-il en s'asseyant sur le canapé.

Zander ne dit rien et se contenta de mettre de l'eau à chauffer avant de s'adosser au comptoir, tendu. Prius comprit que cela allait être à lui d'ouvrir les hostilités, comme d'habitude.


« Laisse-moi deviner ce qui t'empêche de dormir… Ça a un lien avec Harlan et ce cauchemar que tu as fait il n'y a pas si longtemps et qui t'a poussé à raconter tout ça à Nadja. Oui, elle m'en a parlé. Et depuis, tu fais régulièrement des cauchemars et tu dors mal. Ça, elle ne le l'a pas dit. Elle n'en a pas besoin, ça se voit. Du moins pour qui te connaît. Et je t'ai déjà vu souffrir de ce genre de problèmes par le passé, je te le rappelle. » lui expliqua-t-il.

Mais Zander resta coi, une fois de plus. Mais à la raideur de sa posture, il savait qu'il avait vu juste, ce qui ne le réjouissait pas particulièrement

« Pourquoi lui en as-tu parlé d'ailleurs ? » lui demanda-t-il.

« Je ne sais pas… »

Prius l'interrompit d'un geste de la main.

« Zand, s'il te plaît, épargne-moi tes excuses vaseuses, ça ne prend pas avec moi. Ça fait presque dix ans qu'on se connaît et tu ne m'en as jamais parlé, sauf sous l'effet de l'alcool. Et là, tu déballes tout à une parfaite inconnue ou presque. C'est plutôt inhabituel, tu ne trouves pas ? Alors tu ne feras pas croire que tu as fait ça sur un coup de tête ou que ce sont les bracelets qui t'ont fait lui raconter l'épisode le plus traumatisant de ta vie, alors que tu enterres consciemment depuis toutes ces années. » lui dit-il assez sèchement.

Prius le provoquait volontairement pour plusieurs raisons et vit l'éclat de colère qui traversa les yeux de son ami lorsqu'il parla de Nadja et ses poings se serrer à la suite de son discours. Il se demanda un instant s'il allait lui sauter dessus ou se mettre à l'invectiver, comme il le redoutait à moitié, mais non. Il se contenta de rester à fulminer dans son coin. Au moins n'aurait-il pas besoin de lui infliger une correction pour réfréner ses velléités.


« Je t'ai prévenu quand tu es parti que ce qui arrive en ce moment pouvait se produire, mais comme d'habitude tu as préféré m'ignorer. Et nous y sommes, tout est en train de te revenir à la figure. Est-ce que tu en as parlé à quelqu'un d'autre ? À un expert local. Et je sais que tu en vois un, donc ne te fatigues pas à me dire que tu ne vois pas de quoi je parle. »

Zander finit par lentement secouer négativement la tête. Prius resta neutre, mais il aurait volontiers sauter de joie en voyant le pilote lui répondre au lieu de partir ou d'exploser comme il l'aurait fait par le passé en raison de sacolère. Ce n'était certes pas avec des mots, mais rien que ce mouvement était déjà un énorme progrès.

En entendant la bouilloire s'arrêter, il sortit une bourse de sa poche et s'approcha du comptoir pour la donner au pilote, tant en maintenant une certaine distance.


« Prends plutôt ça. Tu connais déjà. Tu en as bu un certain nombre de litres quand tu étais au monastère. Ça t'évitera au moins de rêver et te permettra de faire quelques bonnes nuits de sommeil. Mais tu devrais vraiment en parler à un guérisseur du coin. Ils doivent avoir des choses pour ça. »

Il se prépara lui-même une tasse avec ce qu'avait prévu de boire Zander, par pure curiosité, puis il laissa le pilote tranquille tandis que celui-ci préparait l'infusion. Puis il attendit patiemment qu'il vienne s'asseoir ou lui prête à nouveau attention. La discussion n'irait peut-être pas plus loin ce soir, mais il souhaitait que son ami lui adresse tout de même la parole avant de partir. Au bout de plusieurs minutes, celui-ci finit par venir s'asseoir dans son fauteuil, toujours sans rien dire. Mais il le voyait réfléchir, aussi continua-t-il à patienter en sirotant . Ça aussi, c'était déjà un pas en avant.

« Les bracelets ont quelque chose à voir là-dedans pourtant. C'est eux qui ont tout déclenché. Depuis que je le porte, tout ça cherchait à remonter. Puis ça a fini par réussir. Tu sais que j'ai commencé à dérailler juste après avoir reçu ce bracelet ? Et que c'est Nadja qui m'a empêché de m'en prendre physiquement à un supérieur et m'a calmé ? » commença Zander, qui cherchait ses mots.

Prius n'était pas vraiment surpris que les bracelets aient joué un rôle là-dedans ou de l'éclat de violence de son ami. Il avait déjà vu ça. Il s'attendait à ce que tout ça refasse surface, le jour il s'attacherait de nouveau à quelqu'un. Mais il devait avouer que les choses avaient été plutôt brutales.


« Et je crois que j'ai peur de sombrer à nouveau à cause de ses souvenirs. Une part de moi voulait qu'elle sache de quoi il retournait et pourquoi si jamais ça venait à se produire et que je perde à nouveau la tête. Comme nous sommes liés envers et contre tout pendant un an, c'est elle qui se retrouvera en première ligne si je déraille encore. Elle pourra peut-être encore m'empêcher de faire quelque chose de stupide ou de me noyer complètement. » admit-il tout doucement.

Le prêtre sourit discrètement derrière sa tasse et hocha simplement la tête. Son ami ne réalisait pas ce que sous-entendait ses paroles. Et il ne comptait pas le lui dire. Ou pas tout de suite. Mais le fait qu'il arrive à exprimer quelque chose comme ça montrait qu'il avait fait de sacrés progrès sur la question.


« Tu sais que te taire ne va t'aider à te débarrasser de ces cauchemars, pas vrai ? En parler une seule fois n'est pas suffisant. Il va falloir que tu abordes le sujet avec quelqu'un d'autre qui t'aidera à y voir plus clair. Quelqu'un d'extérieur, j'entends. Même si ce n'est pas facile. Tu ne peux pas continuer à enterrer tout ça. Et discutes-en aussi à nouveau avec ton épouse. » lui dit-il doucement.

Il sourit une nouvelle fois en le voyant hocher la tête. Au moins avait-il pris conscience de cette nécessité d'extérioriser tout ça, même si cela lui était encore très difficile pour l'instant, et ne se braquait plus dessus dans la seconde. Il allait dans la bonne direction. Prius décida que c'était bien assez pour cette nuit, d'autant que le pilote avait fini sa tasse et se levait pour aller la déposer sur le comptoir.


« Laisse donc ça là, je vais m'en occuper. Retourne donc plutôt dans ton lit avant de t'endormir sur ton fauteuil. » fit-il en poussant gentiment le pilote qui n'allait probablement pas tarder à se rendormir en dépit de sa tension vers sa chambre.

« Et dors bien. » murmura-t-il.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Jeu 28 Juin - 23:10
« - Je suis contente qu’il soit resté, avoua Nadja en terminant sa glace à son tour. Il m’apporte aussi une stabilité dont j’avais bien besoin après mon arrivée… fracassante. »

Elle débarrassa la table après cet aveux et revint vers Prius ensuite avec un thé à la menthe.

« - J’espère que vous pourrez en parlez demain… et qu’il ne vous mettra pas dehors après ça. »

Le reste de la soirée se déroula tranquillement et Nadja se coucha tôt également. Ces séances d’entraînement finissait pas l’épuiser elle aussi. Elle n’avait plus vingt ans après tout.

***
Ça n’était pas la première fois que Zander avait des cauchemars et si ca l’inquiétait, elle savait qu’elle n’y pouvait pas grand-chose. Elle le laissa donc se lever et garda les yeux fermés. IL ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour se rendormir, mais son sommeil fut hanté par des paroles murmurées, à la limite de l’audible. Quand le pilote revint se coucher, elle l’attira contre elle dans cette étreinte d’ourse protectrice qui lui était devenue familière.

***

Frustrée par des rêves sans queues ni têtes, elle se réveilla au son du réveil et constata qu’elle était seule. Zander avait tenu parole et déserté le vaisseau en douce. Décidément, ses manières laissaient à désirer. Agacée et légèrement de mauvaise humeur, elle passa sa tenue de sport et descendit dans la cale démolir le sac de frappe (qui n’avait rien demandé) par des enchaînements poings-pieds particulièrement violents.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Ven 29 Juin - 4:37
Zander était retourné se coucher et avait juste eu le temps de se blottir dans les bras de Nadja avant de sombrer dans un sommeil qui se révéla sans cauchemar, à défaut d'être reposant. Il lui faudrait plusieurs nuits comme celle-là pour espérer commencer à récupérer. Il fut en revanche réveillé de manière inopinée et beaucoup plus tôt que prévu et il partit rejoindre son poste dans la foulée, sans réveiller personne.

****

Prius était resté un petit moment dans le salon à réfléchir aux différentes discussions qu'il avait eues dans la journée avec les deux membres de l'étrange couple.

Ce que voulait faire Nadja et la dernière conversation qu'il avait eu avec Zander avait été les plus intéressantes. Une petit part de lui-même ne pouvait s'empêcher de se demander si le pilote avait vraiment été sincère ou s'il lui avait simplement dit ce qu'il voulait entendre pour avoir la paix. Cependant, il ne le pensait pas. Zander semblait avoir fait des progrès indéniables. Il se demandait d'ailleurs ce qui en était à l'origine. Le chemin qui lui restait à parcourir était toutefois encore bien long et la progression risquait d'être très lente, mais pour la première fois, le prêtre se dit que le pilote allait peut-être enfin pouvoir faire la paix avec cet événement qui le hantait depuis si longtemps. Mais aller sur Harlan... Ça, c'était une toute autre paire de manches.

Puis il avait fini par retourner se coucher, sachant qu'il ne pourrait rien faire de plus à part guider et encourager son ami à poursuivre sur cette voie, avec le soutien et l'aide de sa femme. Et il allait certainement devoir prévoir des contacts et des visites plus réguliers avec ces deux-là afin de suivre tout cela de près.

Il se réveilla à un moment donné par quelqu'un qui se déplaçait et décida de rester couché. Puis des bruits dans la soute lui firent à nouveau ouvrir les yeux. Cette fois, il se leva et vit Nadja en train de maltraiter un sac d'entraînement. Il descendit en prenant soin de faire du bruit avant d'aller s'asseoir sur un banc un peu à l'écart.


« Bonjour ! Qu'a donc fait ce pauvre sac pour mériter un tel traitement ? Ou plutôt, qui êtes-vous en train de frapper à travers lui ? »

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Ven 29 Juin - 23:31
« - Je vais finir par me demander si votre propension à venir m’observer quand je suis en tenue légère n’est pas révélateur d’une certaine perversité, grommela Nadja en s’arrêtant une seconde. »

Il faut dire qu’avec sa simple brassière grise et son short ne cachaient pas grand-chose de ses formes. Si des années de promiscuité avec ces frères d’armes avait bien diminué sa pudeur, elle n’appréciait pas plus qu’une autre de se sentir observée en petite tenue.

« - Rendez vous utile et prenez ce bouclier. »

Une fois face à elle, Nadja envoya plusieurs coups violents du pied avant de se rapprocher suffisamment pour enchaîner par une série de coup de poings et de Kiais qui la laissèrent en nage.

« - Désolée, dit-elle finalement en essayant de reprendre son souffle. Je me suis levée du mauvais pied ce matin. Rien a voir avec vous… et j’ai besoin d’un café… mais d’une douche avant.».

Elle passa donc à la salle de bain et s’habilla plus décemment avant de revenir dans le salon, un café à la main et un sourire un peu penaud sur le visage.

« - Vraiment désolée. Je voulais pas m’en prendre à vous. Mauvaise nuit, comme je disais tout à l’heure. Cette histoire de retour sur Harlan me travaille aussi, je suppose. »

Elle regarda le liquide noir au fond de son mug et secoua la tête.

« - J’ai peur de ne pas pouvoir le protéger. De l’extérieur, mais surtout de lui même. Je ne veux pas le perdre. Pas comme tous les autres. »

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Sam 30 Juin - 3:58
Prius grimaça en entendant sa remarque. Il devait attendre qu'il avait tendance à oublier ce genre de détails. Mais son expérience lui avait prouvé que les gens parlaient plus facilement lorsqu'ils vaquaient à leurs occupations.

« Je tiens à m'excuser si ma présence vous met mal à l'aise actuellement. Ce n'est pas du tout mon intention. La prochaine fois, je vous demanderai la permission avant. Mais si ça peut vous rassurer, je suis un guérisseur, alors ce genre de choses me laisse indifférent, en particulier chez la gent féminine. En plus, vous êtes mariée, et à Zander qui plus est, alors cela ne me viendrait même pas à l'esprit. Et vous voir taper avec autant de vigueur sur ce sac est encore plus dissuasif. »

Il prit le bouclier comme elle le lui demandait, histoire de se faire pardonner, et encaissa les coups sans vraiment broncher. Elle avait une sacré force, c'était le moins qu'il pouvait dire. Il secoua la tête lorsque'elle s'excusa.

« Y a pas de mal. ça arrive à tout le monde. Et j'ai l'habitude des grincheux. Votre mari est un modèle dans le genre. Mais il réserve parfois quelques bonnes surprises. » fit-il en souriant.

Le fait qu'il soit toujours à bord après leur discussion d'hier soir en était la preuve, à moins que le pilote ait décidé de se réfugier sur la station autant que possible, mais il en doutait. Cependant, il estima que pour le moment, mieux ne valait pas aborder le sujet. Il lui en parlerait un peu plus tard, lorsque la situation s'y prêterait mieux.

Il se rendit dans la cuisine et prépara du café pendant qu'elle partit se préparer dans ses quartiers.

Il allait à nouveau lui dire qu'elle n'avait pas à sans faire pour sa mauvaise humeur, mais la fin de sa phrase l'en dissuada. À la place, il attendit un peu et cela s'avéra payant.


« Je comprends. Je dois avouer que j'éprouve les mêmes craintes que vous. Si nous l'emmenons effectivement sur Harlan, ce ne sera pas sans préparation. Je vais pouvoir anticiper un certain nombre de ses réactions et prendre certaines mesures en conséquence pour mettre toutes les chances de notre côté. Et croyez-moi, je ne vais pas me lancer là-dedans sans prendre toutes les précautions possibles que ce soit pour empêcher toute interférence extérieure ou le protéger de lui-même. Quand à vous, vous aurez surtout à être là pour lui et le soutenir comme vous le faites actuellement. Votre simple présence pourrait faire une grande différence. » lui dit-il sur un ton aussi rassurant que possible.

La fin de sa phrase l'avait intrigué. Il ne savait pas exactement à qui elle faisait référence, mais son instinct lui soufflait que c'était important.


« Vous avez dit les autres… De quels autres parlez-vous exactement ? » lui demanda-t-il doucement, pas certain qu'elle lui réponde.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Sam 30 Juin - 22:16
Prius accepta ses excuses avec philosophie, ce qui la rassura. Elle n’y était pas allée de mains mortes et il aurait eut tous les droits de mal le prendre. Au lieu de ca, il l’écouta attentivement et abonda dans sa direction au sujet d’Harlan.

« - Quelle précautions souhaitez vous prendre ? Annoncer notre arrivée ? Prévoir une escorte ? Une parade ? Je ne suis pas sure que ca soit une bonne idée. »

Elle plaisantait mais n’avait surtout pas envie de gérer un membre de la famille casse pied un peu trop zélée. Inutile de rajouter de l’huile sur le feu.

Quand il lui demanda des précisions sur sa dernière phrase, elle se sentit prise au piège. D’elle même essentiellement. Elle avait parlé comme d’habitude sans réfléchir. Évidemment elle pouvait l’envoyer paître mais en avait elle vraiment envie ? Au fond ? Pas sur…

Avec un mot d’excuse, elle se leva pour aller chercher dans la chambre son carnet de croquis, et le posa en face de Prius.

« - Voilà les gens qui ont compté pour moi. Mes parents, mes sœurs, Marc, Richard, Johnathan, Clara, Naomie. Ils sont tous morts aujourd’hui. Dans le bombardement de la colonie sur la quelle j’ai grandit pour beaucoup, dans des combats, pour d’autres, de ma main pour John. Et ici, voila mon fils, que je n’ai connu qu’une nuit avant qu’on me le prenne définitivement. Parfois, je me dit que je leur ai tous faillit, que quoi que je fasse, ceux que je j’aime sont voués à disparaître. Avant d’arriver ici, je m’étais porté volontaire pour une mission suicide, parce que je n’avais plus rien à perdre. Au lieu de mourir, je suis apparue à cette époque et j’ai reprit le combat, parce que c’est la seule chose que je sache faire. Mais aujourd’hui, j’ai de nouveaux quelque chose à perdre, et ça me terrifie. »

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Dim 1 Juil - 4:15
Prius sourit et secoua la tête. Il ne voulait rien de tout cela. S'ils avaient pu s'y rendre ni vu ni connu, il l'aurait fait, mais ce n'était pas possible.

« Justement non. C'est précisément pour ne pas avoir d'escorte, de parade ou de comité d'accueil, hostile ou non, que je veux prendre des précautions. Impossible d'arriver en espérant que personne ne nous remarque. Stella est connue et sera immédiatement identifiée. Si elle pouvait se rendre invisible, cela nous faciliterait vraiment la tâche... Je dois au moins avertir le Gris. Ils nous aideront si je leur explique la situation. Et je vais aussi devoir prévoir certaines mesures pour hum… gérer Zander au cas où il déraillerait complètement, ce qui n'est pas à exclure. » lui expliqua-t-il.

Un monastère avait été établi sur la planète quelques mois après la fin du conflit. Son ordre avait travaillé de concert avec le Gris, débordé et ravi de recevoir un coup de main, pour offrir des lieux de retraite aux gens qui en avaient besoin. Il comptait bien faire appel à eux aussi.

Il la regarda partir suite à sa question, se demandant s'il l'avait contrariée au point qu'elle le plante là. Mais il la vit revenir avec un carnet de dessins. Il écouta en silence ce qu'elle lui raconta. Décidément, aucun des deux n'avait eu une vie facile et tout ça était bien compliqué. Cela donna un éclairage nouveau à toute la situation et il comprenait mieux ses motivations. Il nota qu'elle ne précisait pas quels étaient les liens qui l'unissait à ces différentes personnes.


« Est-ce l'un d'entre eux qui est le père de votre enfant ? Zander est-il au courant pour toutes ces personnes ? Et failli de quelle façon au juste ? Parce que vous n'avez pas su les protéger ? Auriez-vous pu faire quelque chose pour empêcher leur mort à chacun d'entre eux ? Je vais dire une évidence, mais nous mourrons tous un jour. Certains plus tôt qu'ils ne le devraient et sans qu'on ne puisse rien y faire. C'est encore plus vrai dans votre ligne de travail. » fit-il, ignorant si elle allait lui répondre et lui en dire plus.

« Et nous allons faire tout ce qu'il faut pour que vous ne perdiez pas Zander. Nous pourrions d'ailleurs tout simplement commencer par ne pas l'emmener sur Harlan contre son gré et attendre qu'il soit prêt pour cela. » dit-il, sachant pertinemment qu'il ne le serait peut-être jamais, ou pas sans un bon coup de pied dans le fondement, et ce qu'elle allait lui répondre.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Dim 1 Juil - 19:56
Nadja écouta les explications du prêtre mais ne se sentit pas totalement rassurée. Tout ca était encore trop flou.

« - Quel est le rôle de ces gris ? Je croyais que c’était un groupe neutre pendant la guerre. Mais maintenant, quelle est leur fonction ? Et quel sont leur lien avec la famille de l’ex de Zander ? "

Il allait falloir qu’elle arrive à se mettre leur nom en tête. Pour l’instant elle en restait à la famille lourdingue. Ça semblait plutôt bien les décrire.

La conversation avait prit un ton bien plus personnel et comme elle l’avait -inconsciemment- espérée, il l’écouta avec attention. Elle tapota du doigt le visage du Jonathan quand il lui demanda l’identité du père de son fils.

« - Il en sait beaucoup, mais pas tout. Je ne lui ai jamais parlé de mon fils, ni de mon premier mariage. Les circonstances étaient très particulières. »

En quelques phrases brèves et sèches, elle lui résuma son histoire avec son ancien interrogateur devenu mari puis le trafic d’esclave et l’état dans lequel elle l’avait retrouvé.

« - Je n’ai jamais pu avoir une relation stable ensuite. Je ne voulais plus, ne pouvais plus. Maintenant, je n’ai plus le choix et je me rend compte d’à quel point ça m’avais manqué. Et oui, j’ai faillit parce que je n’ai pas pu les protéger. C’est mon rôle de militaire. La plupart d’entre eux ne l’étaient pas. Ma petite sœur venait d’avoir vingt ans quand la ville a été attaquée par nos ennemis. Vous croyez vraiment que c’était son tour ? Si nous avions gagné cette guerre plut tôt, ou au contraire si nous n’avions pas autant menacé Tonatiuh, rien ne serait arrivé. Je sais bien que ça n’est pas ma faute, individuellement, mais ça m’empêche pas de me sentir coupable pour autant. »

La dernière phrase de Prius la surprit et elle se recula dans son fauteuil pour réfléchir.

« - Ça pourrais prendre très longtemps pour qu’il se décide. Et vu comme il dort mal en ce moment, il craquera avant. Je n’ai aucune envie de l’amener pied et poings liés sur cette planète ou il est censé être un héros, mais j’ai du mal à envisager des alternatives. C’est un peu pour ça que je vous ai contacté, d’ailleurs. »

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Dim 1 Juil - 22:38
Prius ne savait pas exactement quel allait être le rôle du Gris dans toute cette aventure. Il savait seulement qu'ils devaient les avertir, ne serait-ce que par courtoisie professionnelle, et surtout parce qu'il allait avoir besoin de l'aide de gens sur place et qu'ils ne voyaient qu'eux pour être à même d'agir de manière désintéressée ou du moins, dans l'intérêt de Zander.

« Pour le Gris, oui, ils sont neutres. Ils n'ont aucun lien avec la famille Simms, si ce n'est l'appartenance de Leila à leur organisation, tout comme Zander. Ils protègent les leurs coûte que coûte et ils ont l'impression d'avoir failli à cet égard avec lui, alors qu'il était en plus un de leurs patients. Ils savent dans quel état il est parti et ce qui lui est arrivé par la suite, du moins dans les grands lignes. Je dois les contacter pour savoir s'ils peuvent m'aider à faire en sorte que personne n'interfère avec sa venue. Parce que s'ils le peuvent, ils le feront ou chercheront un moyen de le faire, parce que son bien-être est important à leurs yeux. » lui expliqua-t-il.

Prius se contenta à nouveau d'écouter silencieusement Nadja, sans l'interrompre. Elle aussi n'avait vraiment pas eu une vie facile non plus. Il s'abstint d'en faire la remarque, car cela n'apporterait pas grand-chose.


« Pourquoi ne lui en avez-vous pas encore parlé ? Et vous savez, lui ne réalise pas encore à quel point avoir une relation stable avec quelqu'un lui manquait et lui fait le plus grand bien… » dit-il avec un petit sourire en pensant à sa discussion de la nuit précédente avec le pilote.

« Et non, je ne crois pas que ce soit le tour de quiconque de mourir aussi jeune. Mais la doctrine des bergers concernant les événements est d'accepter ce que l'on nous donne, le bon comme le mauvais. Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais ne pas le faire, c'est souffrir. Cependant, accepter la mort d'un être cher, surtout de manière imprévue et brutale, n'est pas chose simple. C'est même la chose la plus difficile qui soit. Que vous vous blâmiez en vous disant que vous, ou d'autres, auriez pu faire ceci ou cela pour l'en empêcher n'a rien de surprenant non plus. Et peut-être qu'il en sera ainsi jusqu'à votre mort. Mais ce faisant, vous souffrez pour quelque chose que vous ne pouvez pas changer. Et en cela, vous ressemblez à votre mari, à une différence près. Lui refuse carrément d'affronter la réalité et en souffre d'autant plus, car il se bat contre, alors que vous, vous l'avez en partie accepté. »

Il se contenta d'hocher la tête. Il n'avait pas de solution miracle pour convaincre son ami d'aller sur Harlan, malheureusement. Et si elle s'attendait à ce qu'il lui en fournisse une, elle allait être déçue.

« Je sais. Personnellement, je ne suis pas un adepte des pieds et des poings liés. Je suis plutôt l'utilisation de sédatifs. Puis mieux vaudrait qu'il soit inconscient, parce que sinon vous risqueriez d'avoir à le bâillonner en plus. Mais pour l'instant, je ne vois pas d'autres options non plus. » dit-il en soupirant.

Il réfléchit quelques secondes à la suite.


« Concernant Harlan, le terme héros est peut-être exagéré. Mais le gouvernement aimerait le remercier pour le rôle qu'il a joué dans les accords de paix et le prix qu'il a payé à cause de son implication. Quand à lui, Il a surtout besoin d'accepter ce qui est arrivé avant de pouvoir ne serait-ce qu'envisager l'idée d'y remettre les pieds un jour. Mais pour cela il va avoir besoin d'aide. Il n'y arrivera pas tout seul. Tant qu'il n'en demandera pas, il ne pourra pas aller mieux et finir par craquer, au moins physiquement. J'ai eu l'occasion de lui en toucher deux mots cette nuit et je crois qu'il prend doucement conscience de cela, mais franchir le pas est une toute autre histoire. Personne ne peut lui forcer la main là-dessus. On ne peut que l'encourager et le pousser à prendre cette voie. En attendant, je peux lui donner quelque chose pour l'aider à dormir, mais ce ne sera qu'une solution temporaire. » fit-il, l'air grave.

Un sourire s'afficha soudain sur son visage.

« Je vous parlais du fait qu'il pouvait être plein de surprises… Eh bien le fait que je sois toujours à bord après avoir lui avoir parlé de ce point sensible en est une, et de taille. Et c'est plutôt bon signe aussi. » dit-il.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Lun 2 Juil - 16:09
* Son bien être est important à leurs yeux mais c’est pas pour ça qu’ils l’ont aidé en dix ans, songea Nadja. *

Pas sûr que Zander se serait laissé faire de toute façon mais elle n’avait pas l’impression que les Gris est même tenté de le contacter. Mais elle était peut-être injuste avec eux.

La question suivante la fit réfléchir un instant.

« - J’en sais rien. C’est un sujet que j’ai généralement du mal à aborder. Et plus le temps passe, plus il devient difficile de le faire sans donner l’impression de lui avoir cacher une part importante de moi. Je sais, c’est ridicule… mais on vous apprend pas à gérer ca à l’école militaire. »

Elle rougit quand il lui précisa que Zander ressentait sans doute la même chose qu’elle quant aux relations stables. Ils faisaient une belle paire d’handicapés sentimentaux ces deux-là. L’ex marine écouta ensuite son sermon sur la culpabilité du survivant. Elle l’avait déjà entendu des dizaines de fois et ça n’amenait rien de nouveau de son point de vue. Les gens mourraient autour d’elle, invariablement, et elle survivait et poursuivait la lutte. Oui elle l’avait accepté, à la longue, mais ça ne lui plaisait pas pour autant.

« - A sa place, je crois que j’apprécierai pas non plus de me faire droguer et amener de force quelque part, surtout ou je ne veux pas aller. C’est le meilleur moyen de le braquer, j’en ai peur. Mais je suis contente que vous ayez pu aborder le sujet avec lui. Comme vous le dire vous-même, vous êtes toujours là, donc ça n’a pas provoqué de crise. On verra ce soir comment cela se déroule. Peut-être acceptera-t-il d’en parler de manière civilisée. »

On pouvait toujours rever.

« - Vous avez prévu quelque chose aujourd’hui ? Stella peut être une excellente hôtesse mais je ne voudrais pas que vous tourniez en rond. »

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Lun 2 Juil - 18:27
Prius se contenta de hocher la tête encore une fois. Parler des sujets douloureux n'était jamais facile, peu importe le degré d'intimité entre les gens.

« C'est compréhensible. Ce n'est pas quelque chose qu'on aborde comme on parle du temps qu'il fait. Et peut-être que l'occasion ne s'est tout simplement pas encore présentée non plus. Je suis certain que vous finirez par trouver le bon moment pour lui en parler. Mais il faudra que vous le fassiez. C'est important, d'autant qu'il vous a confié son histoire. Ce serait un juste retour des choses de lui confier la vôtre, vous ne pensez pas ? Et il est capable d'être raisonnable et compréhensif, même s'il ne le montre pas en ce moment… » dit-il.

Il ne put s'empêcher de sourire plus largement en voyant sa réaction quand il parla de leurs relations à tous les deux. Mais la suite le fit grimacer.

« Certes. Mais les gens vont régulièrement à des endroits où ils ne veulent pas se rendre ou font des choses qui ne leur plaisent pas, n'est-ce pas ? Et tous ne réagissent pas de manière complètement irrationnelle et extrême lorsque vous ne faites qu'en parler, si ? Et nous parlons précisément de l'emmener contre son gré, non ? » demanda-t-il.

« S'il ne m'a pas jeté dehors, c'est parce que je ne lui ai justement pas parlé de ça, mais simplement de ses cauchemars. Mais il était extrêmement tendu et pas loin de m'envoyer balader. Il a dû faire un effort pour rester calme et me répondre franchement et de manière à peu près correcte. Et cela n'a pas été facile, je peux vous le dire. Heureusement que je m'étais assuré qu'il puisse dormir ensuite… Parler de retourner là-bas, c'est un tout autre sujet, bien plus explosif, j'en ai peur. Et je doute sincèrement qu'il veuille entendre quoi que ce soit là-dessus. On peut cependant essayer de tâter le terrain pour voir ce qu'il se passe, si vous y tenez. » dit-il en soupirant.

Sa dernière question le fit rire doucement. Zander ne s'était absolument pas soucié de ce détail et il savait qu'il ne le ferait pas. Et cela faisait longtemps qu'il avait appris à s'occuper seul. Il avait toujours plein de choses à faire, comme rédiger des rapports, préparer sa prochaine tournée… Et là, il était en orbite d'une nouvelle planète. Il ne risquait donc pas de s'ennuyer.


« Tourner en rond ? Certainement pas. La technologie disponible ici me donne accès à une quantité phénoménale d'informations sur la Terre et d'autres planètes, donc je prévois de continuer à me documenter dessus et quelques autres sujets qui m'intéressent et aussi de regarder quelques-uns des multiples reportages disponibles. C'est sûr que cela ne remplace pas une visite en bonne et due forme et le contact avec la population, mais cela suffit amplement pour m'occuper, croyez-moi. Puis j'ai aussi deux trois choses à faire dans le cadre de mes fonctions. » fit-il en souriant.

« Zander arrive. » les avertit Stella.

******

Zander poussa un soupir de soulagement quand le médecin de garde annonça lui annonça qu'il pouvait partir pour le moment. Il allait avoir droit à quelques heures de repos avant de revenir un peu plus tard pour prendre son service selon les heures prévues à l'origine.

S'il ne se trompait pas, tout le petit monde sur Stella devait être désormais réveillé et avec un peu de chance, il pourrait croiser Nadja avant qu'elle s'en aille. Il fit un crochet par le réfectoire et pris quelques viennoiseries puis il décida de rentrer directement sans passer par ses quartiers pour se changer, ce qu'il faisait généralement avant de regagner son vaisseau. C'était donc vêtu d'une tunique médicale bleue que Stella le téléporta dans la soute. Il regagna ensuite la zone commune.


« Bonjour ! J'apporte le petit-déjeuner ! » lança-t-il joyeusement.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mar 3 Juil - 16:11
« - Bien sûr qu’il en est capable, répondit immédiatement Nadja. Je n’ai jamais dit le contraire et je sais parfaitement comment il est en temps normal. C’est moi qui est du mal à aborder ce sujet, rien de plus. »

Se rendant compte qu’elle y était sans doute allée un peu fort elle s’excusa d’un geste apaisant et écouta la suite.

« - Vous l’avez drogué cette nuit pour qu’il dorme correctement ? Je suppose qu’il aura mieux dormi que tout le reste de la semaine. »

Elle se garda de dire que ce genre de procédé ne lui plaisait pas vraiment. Le droguer ne servirait qu’à cacher la misère un peu plus longtemps. De son avis, le pilote avait besoin d’affronter ses démons pas de s’y soustraire dans un paradis chimique.

Elle était par contre d’accord pour « tâter le terrain » pour reprendre l’expression du prêtre. Rien ne les forçait à y aller demain après tout.
Le fait qu’elle s’inquiète de ce que devenait son hôte dans la journée sembla le surprendre. C’était pourtant autant son devoir que celui de Zander. Et puis le prêtre lui plaisait bien, même s’ils n’étaient pas toujours d’accord. Lorsqu’il lui expliqua vouloir observer la Terre grâce aux puissants senseurs de Stella, elle ne put s’empêcher de rire.

« - J’avais raison, vous êtes un voyeur, le taquina-t-elle. Je vais voir si je peux vous obtenir une visite dans les jours à venir, si vous voulez. Il y a un tout un quartier qui nous ai alloué. Avec le chaperon adéquat, ça devrait pouvoir être possible. »

Elle allait se lever pour partir quand Stella la prit au dépourvu en annonçant le retour du propriétaire des lieux. Surprise, elle le regarda apparaître dans sa tenue de travail, un plateau de viennoiserie dans les bras.

« - En voilà une bonne idée, dit-elle tout sourire en allant l’embrasser. Je n’ai pas beaucoup de temps mais tout ça vaut bien une tournée de café de plus. »

Drogue ou pas, ça faisait plaisir de le voir détendu et le sourire aux lèvres pour une fois.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mar 3 Juil - 23:22
Prius ne put s'empêcher de rire doucement en voyant Nadja prendre la défense de Zander presque immédiatement.

« Je suis content d'apprendre que vous avez vu  d'autres aspects plus charmant de la personnalité de Zander. » dit-il avec un sourire.

Il reprit son sérieux pour la suite. Elle se méprenait sur ce qu'il avait fait, mais il ne pouvait pas lui en vouloir, car il n'avait pas été très clair. Il n'aimait pas soigner un patient contre son gré et encore moins lui administrer des médicaments à son insu, même si parfois cela pouvait s'avérer nécessaire. De plus, avec la discussion qu'il avait eu l'intention d'avoir à ce moment-là, il avait préféré s'assurer qu'il arrive à dormir ensuite, ce qui était plus nécessaire.


« Droguer ? Non, non. C'était une simple décoction de plantes pour l'aider à dormir. Il l'a déjà utilisée et il l'a acceptée de son plein gré et en toute connaissance de cause. Elle est certainement plus efficace que l'équivalent terrien qu'il s'apprêtait à boire. Parce qu'il a besoin de dormir, c'est évident. Et ça, je peux l'y aider au moins pendant quelques jours. Mais ce n'est qu'une solution temporaire. L'idéal serait qu'il aille voir quelqu'un ici pour régler son problème. En attendant, je peux toujours le soulager un peu. » expliqua-t-il.

Il rit franchement à sa remarque suivante.


« Touché. Je ne peux pas le nier, mais observer fait partie de mon travail après tout. Cela permet d'apprendre beaucoup de choses sur ce qui m'entoure, mais sur les gens avec qui je parle. Et croyez-moi, parfois, c'est bien utile avec les patients. Mais je ne serais pas contre une visite de la station ou de la planète, si c'est possible. Autrement, ce n'Est pas grave, ce sera pour la prochaine fois. » dit-il.

Il salua Zander d'un signe de la tête et d'un sourire lorsqu'il entra avant de piocher l'un des aliments dans le plat qu'il avait rapporté.


Zander rendit son baiser à Nadja. Il était content de ne pas l'avoir manquée.

« J'avais un peu peur que tu sois déjà partie, alors s'il te reste encore un peu de temps, tant mieux. » répondit-il avec un sourire avant d'aller se servir, pour une fois, une tasse de café et de s'asseoir à la table.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mer 4 Juil - 14:56
A quel point l’avait-il manipulé pour voir si elle finirait par prendre sa défense ? En tout cas, ça avait fonctionné et une fois de plus, elle se retrouvait dans ce rôle de maman ours protectrice qui lui collait à la peau.

Si Prius ne considérait pas sa décoction de plante comme une drogue, grand bien lui fasse. Elle-même n’y connaissait pas grand-chose dans ce domaine mais elle se souvenait qu’avant d’être des composés chimiques savamment mélangés, les drogues avaient d’abord été extraite de plantes.
Mais bon, ça n’était pas comme si elle était une totale novice sur le sujet non plus. Elle avait usé et abusé de drogue de combat à plus d’une reprise.

Elle se demanda ce que Prius pouvait bien noter en les observant, Zander et elle mais n’eut pas vraiment l’occasion de s’appesantir sur la question avant que le pilote ne revienne, tout sourire.

Ses paroles la firent sourire encore plus largement et elle lui répondit en s’installant près de lui.

« - Ce sont les troupes de l’Achille qui vont te remercier si j’arrive en retard à l’entrainement. Vu comme je leur ai mené la vie dure hier soir, ils méritent bien un petit moment de repos. Mais pas trop longtemps. »


Elle mordit à pleine dent dans une viennoiserie, toute trace de sa mauvaise humeur matinale envolée.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Jeu 5 Juil - 0:03
Zander but quelques gorgées de café. Il rêvait de retourner se coucher et de grappiller une heure de sommeil de plus avant de devoir retourner à l'infirmerie, mais il préférait largement prendre son petit déjeuner en compagnie de Nadja. Il appréciait particulièrement ce moment de la journée, même s'il aurait préféré que le prêtre ne soit pas là, mais il devrait faire avec pour les prochains jours.

« Hum, vont-elles vraiment me remercier ou me détester ? Ils ne vont pas t'en faire voir de toutes les couleurs si tu te pointes en retard ? Enfin, je suis sûr que tu leur feras passer l'envie de recommencer, mais j'ai pas envie d'en faire les frais ce soir à l'entraînement parce tout aura été de ma faute. » fit-il avec un grand sourire.

Prius feignait de se concentrer sur sa viennoiserie et son café, préférant ne pas interrompre l'échange du couple, mais n'en perdant pas une miette.

« Ça te dit un repas italien ce soir ? Lasagnes, salade verte et tiramisu en dessert ? » demanda-t-il à Nadja. Il savait que le prêtre s'accommoderait de ce qu'il servirait, vu que de toute façon, il ne connaissait pas les plats mentionnés et ne jugea donc pas utile de lui poser aussi la question.

Il se disait que c'était plus simple pour l'instant de manger ici que d'aller au réfectoire où la présence du prêtre attirerait immanquablement l'attention et ils risquaient de se retrouver à passer la soirée à devoir discuter avec la moitié de la station. Sans compter qu'il devait d'abord voir avec l'intendance si cela ne posait pas de problème et s'il devait prévenir à l'avance. Le cuistot avait déjà tiré une tête de six pieds de long quand il était parti avec son plat de viennoiserie ce matin, alors il préférait éviter de débarquer à l'improviste avec une bouche supplémentaire à nourrir.

****

La journée s'avéra relativement éprouvante en raison du sous-effectif de l'infirmerie, plusieurs membres du personnel étant tombés malades et n'ayant pas pu être tous remplacés à la dernière minute. C'était d'ailleurs pour remplacer quelqu'un au pied levé qu'il avait dû se lever beaucoup plus tôt que prévu et qu'il était parti en catimini. Résultat, il fut beaucoup plus sollicité que d'habitude et se retrouva à travailler plus longtemps que prévu.

Il fut content quand on lui annonça que son service était enfin terminé et ne demanda pas son reste. Il rentra directement et se changea pour aller faire quelques katas. Il n'aurait probablement pas le temps de s'entraîner très longtemps, mais il avait besoin de ça pour se vider un peu la tête et évacuer le stress de la journée.

Une fois qu'il eut enchaîné quelques séries, il s'occupa de préparer le repas, ce qui était relativement simple. Une fois qu'il eut mis les lasagnes dans le four et le tiramisu dans le frigo, il partit prendre une douche rapide avant de s'étendre quelques minutes sur le lit en attendant que la sonnerie lui signale que le plat était prêt.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Jeu 5 Juil - 11:21
« - Oh, tu connais les militaires, ça ne perd jamais une occasion de faire une blague salace… mais t’en fais pas j’ai le cuir épais… »

Pas comme si elle avait été la dernière à faire ce genre de plaisanteries elle-même de toute façon. Elle risquait en effet de se faire sérieusement chambrer ce matin mais ça faisait partie du jeu. Celui de la camaraderie et de l’esprit de corps qu’elle affectionnait tant.

« - Excellente idée. Mais pas les végétariennes comme la dernière fois, s’il te plait. J’ai besoin d’énergie. »

Elle piocha un second pain au chocolat sur le plateau en essayant de ne pas culpabiliser. Il y aurait bien des occasions dans la journée pour une double ration d’exercices.

***

Au final, Nadja fut en retard toute la journée. Les exercices du matin prirent plus de temps que d’habitude, le repas du midi fut expédié au profit de travaux administratifs rébarbatifs et interminable et la séance d’entrainement en 0G du soir se termina à l’infirmerie quand un caporal se cassa une jambe après une réception complétement ratée. Après avoir soigné le militaire, Mei la sermonna sur le taux de blessure à l’entrainement qui avait triplé depuis qu’elle l’avait pris en charge. Ce qui de son point de vue était un assez bon résultat vu qu’elle avait multiplié par cinq les rythme des entrainements à bord.
Elle pensait trouver Zander et Prius déjà attablé mais constata que personne n’était dans le salon à son arrivée. Elle avait obtenu une autorisation et détaché un sergent pour permettre au prêtre de se promener dans l’après-midi dans le quartier de Colorado Springs. Peut-être y était-il encore. Quant à Zander…

L’eau qui coulait dans la salle de bain la renseigna sur ses occupations et un sourire coquin naquit sur le visage de l’ex marine. Elle se glissa rapidement dans la salle de bain, se déshabilla en quelques secondes et repoussa son mari au fond de la cabine de douche alors que celui-ci s’apprêtait à en sortir. Elle referma la porte de la douche derrière elle, et l’embrassa goulument, bien décidé à profiter de cet intermède… et tant pis si le plat au four cramait entre temps.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Jeu 5 Juil - 23:45
Les plans de Zander furent contrariés par l'arrivée inopinée de Nadja, mais il n'allait certainement pas s'en plaindre vu la tournure des événements. Il  en oublia complètement les lasagnes dans le four et finit sur le lit bien plus tard qu'il ne le pensait, mais heureux et complètement détendu. Et dire qu'il avait failli perdre tout ça il n'y avait pas si longtemps. Quel idiot il était... se dit-il.

*****

Prius revint après avoir passé l'après-midi sur Terre. Il avait été surpris, et ravi, que sa tenue ne poserait aucun problème, mais son guide lui avait dit qu'il existait un ordre portant une tenue similaire. Sa visite avait commencé par l'une des maisons inhabitées du complexe puis il avait fait un tour dans le quartier. Tout cela l'avait grandement intrigué et il aurait aimé pouvoir discuter avec les gens, mais il avait conscience que cela était risqué sans connaissance préalable des lieux et de l'histoire locale. Il aurait aussi tout intérêt à se documenter sur cette religion à laquelle sa tenue semblait l'associer.

Il fut surpris de ne trouver personne à bord, bien que le repas ait été en cours de préparation au vu de l'odeur qui embaumait le salon.


« Tes occupants ne sont pas là ? » demanda-t-il à Stella, trouvant cela étrange.

« Ils sont à bord, mais ils sont occupés. » répondit-elle simplement.

Un sourire s'étira sur les lèvres du prêtre quand il comprit ce que cela signifiait. Il était plutôt content que sa présence ne les perturbe pas trop à ce niveau-là ou qu'ils aient profité de son absence.


« Je vois. Est-ce que je dois m'inquiéter pour le plat qui cuit ou non ? Ce serait dommage que cela devienne immangeable... »

Il suivit les instructions de Stella qui lui fit baisser la température du four afin que le plat soit conserver au chaud sans pour autant brûler et il en profita pour mettre la table.

« Avertis-moi quand nous passerons à table, veux-tu ? »

Puis il retourna dans ses quartiers pour écrire un compte-rendu de ce qu'il avait vu ce jour-là sur la Terre. Cette planète n'avait clairement pas besoin de leurs services, mais placer des observateurs serait sans doute très bénéfique pour eux.

*****

Prius n'avait vraiment pas envie de casser l'ambiance, et surtout pas la bonne humeur de son ami en abordant le sujet d'Harlan. Il l'avait rarement aussi épanoui, pour ne pas dire jamais, et cela faisait vraiment plaisir à voir. Il savait également qu'en ramenant ça sur le tapis, il allait très probablement se faire jeter dehors comme un malpropre, et cette perspective le désolait vraiment. Il l'avait évité la veille, mais il doutait que son ami laisse passer cette incartade deux fois d'affilée.

Il resta attentif pendant tout le repas, cherchant le bon moment pour entrer dans le vif du sujet, mais aucune opportunité ne se présenta. Il allait donc devoir attaquer frontalement le sujet, ce qui ne risquait pas de faire se passer mieux les choses. Cependant, il opta pour un sujet normalement un peu moins sensible qu'un retour éventuel là-bas, tout en sachant que le résultat serait vraisemblablement le même. Il posa sa cuillère et regarda son ami.


« Zander, j'aimerais bien que tu m'écoutes deux minutes. J'aimerais te parler d'Harlan. Pas de ce qu'il s'est passé là-bas, mais de l'évolution de la planète… »

Le changement d'ambiance fut quasi instantané et chez le pilote aussi. Celui-ci se figea et se raidit complètement, suspendant son geste. Le regard qu'il jeta au prêtre était peu amène.

« Je sais que tu rejettes toutes les communications qui viennent de là, mais il y a des choses que tu devrais savoir. »

« Non. Si je les refuse, c'est parce que je ne veux rien savoir sur ce qui se passe là-bas ni avoir affaire à eux. Ni maintenant, ni jamais. » dit-il d'un ton glacial.

Prius ne se démonta pas, habitué à ce comportement, mais il avait vu la douleur puis la peur se succéda dans son regard avant de laisser place à cette colère dès que le sujet d'Harlan était amené sur le tapis.


« Zander, s'il te plaît. Tu ne peux pas faire comme si la planète n'existait pas… » tenta-t-il à nouveau.

« Si, je peux. Et je le fais et je m'en porte très bien. » répondit-il d'un ton encore plus glacial.

Le prêtre savait qu'il poussait, mais la conversation était déjà allée plus loin que d'habitude.


« Non, justement… » reprit-il, mais il n'eut pas le temps d'aller plus loin, Zander se levant brusquement et en posant brutalement ses couverts sur la table.

« Je n'ai plus faim. Je vais me coucher. » le coupa-t-il avant de sortir sans un mot de plus.

Prius soupira et regarda Nadja. S'il y avait eu une vraie porte, il était certain qu'ils l'auraient entendu claquer.

« Je crois que c'est un échec. Et dire que je n'ai même pas évoqué l'idée d'y aller, mais simplement de lui parler de la planète. S'il pouvait accepter ça, ce serait aussi un grand pas en avant, mais quelque chose me dit que ce n'est pas encore près d'arriver. »

Il secoua la tête, dépité, en se demandant ce qu'il pourrait bien faire de plus.

« Il ne m'a pas encore jeté dehors, mais quelque chose me dit que je devrais préparer mes affaires, parce que ça ne va pas tarder. Si vous allez le voir, ne reparlez de ça, ça ne servira à rien à part le braquer davantage. Ce n'est pas ce dont il a besoin tout de suite. » lui dit-il doucement.

*****

Zander rentra dans sa chambre et se roula en boule sur le lit, tâchant de contrôler ses tremblements et ses émotions qui partaient dans tous les sens. Pourquoi ce satané prêtre s'obstinait-il à vouloir parler d'Harlan ? Ce qu'il lui avait dit la veille n'était pas suffisant ? Il lui en fallait encore plus ? Revivre ces événements presque toutes les nuits était déjà bien assez douloureux, il ne voulait pas en plus être hanté par le visage de Leila en plein jour, ce qui ne manquait pas d'arriver dès que le nom de cette maudite planète était prononcé.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Ven 6 Juil - 16:27
En constatant que Prius était revenu pendant leurs ébats, Nadja rougit légèrement. D’autant qu’il lui avait fait comprendre ce matin qu’il étudiait leur couple avec une certaine attention. Au moins devait-il être à peu certain à présent que les choses fonctionnaient bien entre eux de ce point de vue-là.

Le repas qui suivit fut particulièrement agréable. Nadja ne pensait même plus à Harlan, heureuse de retrouver le Zander jovial et agréable à vivre qu’elle affectionnait. C’est au désert que tout vola en éclat quand Prius choisit de reparler de la planète que détestait tellement el pilote. Comme prévu, celui-ci se braqua et refusa même d’aborder le sujet. Nadja voulut lui prendre la main, le réconforter, lui… trop tard, il était déjà parti.
Elle refoula une vague de colère mêlée de désarroi et regarda vers le prêtre qui sembla tout aussi triste qu’elle.


« - Merci d’avoir essayé, Prius. Au besoin, je dispose de quartier sur l’Achille dont je ne me sers pas. Je ne peux pas l’empêcher de vous mettre dehors s’il le souhaite, mais rien ne vous force à partir. »

Elle se leva pour rejoindre Zander et le trouva allongé sur le lit, en proie à une crise de nerfs silencieuse. Ne sachant pas vraiment quoi faire, elle s’allongea derrière lui et le pris dans ses bras aussi forts qu’elle l’osait, la tête posée contre son dos. Elle aurait voulu lui dire beaucoup de chose mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge. Peut être pourrait-elle y arriver plus tard.



____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Sam 7 Juil - 4:08
Prius sourit tristement à Nadja. Il n'aimait pas du tout ce qu'il avait fait, mais cela lui avait permit de jauger un peu mieux l'état d'esprit de Zander et ses réactions. Et il savait aussi que cela aurait pu être bien pire.

« Vous savez, c'était la première fois que je le voyais aussi heureux et ça fait plaisir. Je suis vraiment navré d'avoir gâché l'ambiance et la bonne humeur qui régnaient. » dit-il à Nadja.

Il hocha la tête quand elle lui parla de sa cabine sur l'Achilles.

« Merci, c'est gentil. Je suis censé partir dans deux jours de toute façon, mais je vais garder votre proposition en tête. Qui sait, peut-être qu'il ne me jettera pas dehors finalement. Si c'est le cas, autant vous dire que ce sera une première, surtout alors que j'ai abordé le sujet deux fois en deux jours avec lui. Si vous le pouvez, revenez me voir quand il sera calmé. Sinon, ça attendra demain. » lui dit-il.

Il la regarda partir et écouta. Stella avait beau être relativement bien insonorisée, le pilote était loin d'être un modèle de discrétion dans ce genre de situation. Il n'entendit aucun cri ou quoi que ce soit signalant que Zander était toujours dans une logique d'opposition ou sous le coup de la colère. Il se permit alors un petit sourire. Les choses n'étaient pas aussi catastrophiques qu'il l'avait craint, mais il y avait beaucoup de travail à faire.

Puis il se fit un devoir de débarrasser la table et de faire la vaisselle. Après tout, autant qu'il se rende utile et ne pas faire que profiter de son séjour et de l'amabilité de ses hôtes. Il retourna ensuite dans ses quartiers pour préparer deux trois choses avant de revenir s'asseoir dans le salon avec un livre pour attendre un peu.

*****

Zander se crispa en entendant Nadja entrer dans la pièce et redouta qu'elle ne veuille relancer le sujet. Mais elle n'en fit rien. Elle se glissa simplement près de lui et l'entoura de ses bras, ce qui suffit à le faire se détendre un peu et à l'apaiser. Il savait qu'il aurait dû dire quelque chose concernant son attitude, mais il en était incapable. Il finit par se calmer complètement et s'endormir.


____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Sam 7 Juil - 22:46
Il fallut un long moment à Zander pour se calmer et finir par s’endormir. Une fois de plus, la présence de l’ex marine fut souveraine. Il ne protesta pas, se laissa faire comme un enfant et ses tremblement se calmèrent peu à peu. Nadja ne comprenait pas vraiment pourquoi elle avait cet effet sur lui, si c’était lié aux bracelets ou simplement à ce qu’elle était et représentait.

Une fois certaine qu’il était endormi, elle se releva lentement et revint vers le salon pour constater que Prius s’était occupé de nettoyer la table et l’attendais dans un fauteuil, un livre à la main.

« - Il dort, dit-elle simplement avant d’aller se préparer un thé. »

Une fois prête, elle s’installa en face de lui et le regarda longuement avant de réussir à parler.

« - Il avait quasiment une crise de nefs quand je suis arrivée. Je ne pensais pas que vous l’aviez à ce point secoué… Ou en tout cas que ça le démolirait à ce point. Je ne sais pas comment il sera demain mais je doute que ca soit terrible. »

Elle détestait le voir comme ça, évidemment, mais tout en parlant, sa détermination se renforçait.

« - Ca ne peux pas durer. Il va finir par complètement craquer. Il faut faire quelque chose. Tant pis s’il me déteste ensuite. Je ne supporte pas de le voir comme ça. »

Ils auraient sans doute beaucoup à se dire ce soir et elle prendrait le temps de le faire avant d’aller se recoucher dans la même position protectrice qu’elle avait adopté précédemment.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Dim 8 Juil - 18:10
Prius haussa un sourcil quand Nadja revint et lui annonça que Zander dormait. Décidément, le pilote ne cessait de le surprendre. Il la laissa s'installer et l'écouta.

« Vous ne pouvez pas vous en rendre pas compte, mais il est déjà engagé sur la voie de la guérison. Et ça a commencé lorsqu'il vous a parlé de ce qui lui est arrivé. Il y a six mois, si j'avais prononcé le nom Harlan, cela aurait immédiatement déclenché une riposte verbale qui se serait terminée par mon éviction du bord. Puis je n'aurais plus entendu parlé de lui pendant plusieurs mois. Là, j'ai pu engager deux fois la discussion sur le sujet et je n'ai une qu'une réaction un tant soit peu violente. Et encore, elle était extrêmement mesurée par rapport à tout ce que j'ai pu affronter jusqu'à présent. Je m'attendais également à ce qu'il vous jette dehors aussi, mais il n'en a rien fait. Non, à la place, il dort. Que lui avez-vous fait au juste ? Enfin, si ce n'Est pas indiscret bien sûr. » lui demanda-t-il, curieux.

Il se leva et alla lui aussi se faire un thé tout en écoutant sa réponse. Il secoua la tête avec un sourire. Son ami pouvait vraiment être un imbécile parfois.


« Et vous avez fait exactement ce dont il a besoin pour l'instant. C'est précisément ce qui lui a fait défaut il y a dix ans et qui l'a fait tomber dans cette spirale infernale de laquelle je l'ai sorti. Et la perspective de rechuter le terrifie au moins tout autant que la douleur engendrée par ses souvenirs et qu'il ne sait pas gérer autrement que par la colère et la violence. Il faut qu'il réalise qu'il n'est pas tout seul pour traverser ça et qu'il y a des personnes pour l'aider et le soutenir. Cela va être votre rôle et c'est déjà ce que vous faites. Quand il aura compris ça, les choses devraient être plus choses et le reste suivra. Mais cela ne se fera pas en quelques jours. »

Il but quelques gorgées de sa tasse et réfléchit un peu à ce qu'il voulait dire ensuite.

« Si vous n'aimez pas le voir comme ça, préparez-vous à ce que ce soit pire lorsqu'il sera sur Harlan. S'il doit vraiment craquer, je crois que c'est là-bas que cela arrivera. Ici, il est relativement protégé dans le sens où il n'affronte que ses souvenirs. Mais aller sur place rendra les choses bien réelles. La chute va être rude et remonter la pente ne sera pas facile. Nous pouvons cependant tenter d'atténuer les choses. Reparlez avec lui de ce qu'il s'est passé là-bas et partez de là. Plus il le fera, mieux ce sera. Ce serait également une bonne chose si vous arriviez à lui faire entendre le fait que la paix a été signée sur Harlan et que, contrairement à ce qu'il pense, il n'y est pas vu comme un ennemi. Pas besoin de dire autre chose. Vous pouvez le pousser un peu, mais n'insistez pas s'il se braque. Faites ce que vous venez de faire : réconfortez-le et rassurez-le. Je pense qu'il finira par être réceptif et écouter. »

Il fit une autre pause. C'était du moins ce qu'il espérait. Mais il savait aussi que cela pouvait ne pas fonctionner du tout. Soigner ce genre de problème était difficile, surtout avec un patient peu coopératif.

« L'idéal serait vraiment qu'il consulte un spécialiste ici qui pourra le suivre correctement et éventuellement lui fournir un traitement adapté si nécessaire. Le problème, c'est que c'est à lui de prendre cette décision et d'y aller et je ne suis pas certain qu'il y soit prêt, même si cette idée fait son chemin. » dit-il en soupirant.

Il se leva et partit dans ses quartiers avant de revenir avec trois boîtes, une jaune, une verte et une violette.

« J'ai bien compris que vous n'aimez pas recourir à ce genre de choses, mais s'il refuse de faire appel à un professionnel, ceci pourrait toutefois s'avérer utile. À l'occasion. Il s'agit de mélanges de plantes qu'il a déjà utilisés lorsqu'il était au monastère. Je vous les confie, car vous avez la tête sur les épaules et vous saurez y faire appel avec discernement. Lui, je n'en suis pas tout à fait certain. Quoi qu'il en soit, proposez-lui-en lorsque vous le jugerez nécessaire, mais ne lui forcez pas la main s'il n'en veut pas. S'il finit par s'écrouler ou vraiment craquer, j'imagine que vos médecins interviendront, qu'il le veuille ou non, je me trompe ? Mais ce n'est franchement pas la meilleure des solutions ni souhaitable d'en arriver là. »

Il désigna tour à tour chaque boîte pour lui expliquer ce qu'elles contenaient :

« La verte, c'est ce que je lui ai donné hier, en cas de nuits agitées un peu trop fréquentes. Ça l'aidera à passer une nuit tranquille. La violette, en revanche, est beaucoup plus puissante. Je pensais d'ailleurs devoir m'en servir ce soir pour le calmer si cela s'était avéré nécessaire. Mais vous semblez bien plus efficace pour ça. N'hésitez pas à l'utiliser que si vous le voyez perdre pied ou cumuler plusieurs nuits sans dormir, et de préférence quand il ne travaille pas le lendemain. Évitez de lui donner en même temps une verte et une violette, sinon il risque de dormir pendant 24 heures… Quand à la jaune, je vais lui la remettre. Elle n'a pour autre but de l'aider à se détendre et n'est guère différent des tisanes qu'il boit actuellement et qui viennent de la Terre, mais je suis au moins certain que celle-là fonctionne. » finit-il.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Lun 9 Juil - 18:46
Sur la voie de la guérison... De son point de vue, on en était plutôt loin mais peut être n’avait-il pas tort. C’était agaçant de constater qu’il connaissait mieux Zander qu’elle mais ça n’était pas le moment de faire une crise de jalousie.

« - Je ne lui ai rien fait en fait. Je l’ai juste tenu, réconforté et assuré que j’étais la. Ma présence le calme, comme je disais tout a l’heure. Elle le rassure. »

Et il devait savoir également que ces crises de colère ne l’impressionnerait pas vraiment. Ca ne lui plaisait pas mais elle avait vu assez de gens en colère et violent dans sa vie pour que ça ne l’effraie plus.

« - Il a tellement peur de rechuter qu’il fuit tout ce qui pourrait engendrer une crise avec tellement de vigueur et de violence que la crise arrive quand même. Tu parles d’un cercle vicieux...  Enfin je peux essayer de lui parler de l’Harlan actuelle. Je me demande à quel point ça ne vaudrait pas le coup que j’y aille seule avant de l’y emmener. Pour tâter le terrain. Cela dit non, je ne compte pas l’y amener dans les prochains jours. Il n’est pas prêt… et moi non plus.»

Chassez le marine, l’éclaireur revient au galop. Mais elle ne voyait pas comment aborder cette histoire autrement qu’un champ de bataille ou certaines troupes étaient plus réticente que d’autre à être déployée.

Suspicieuse, elle regarda les deux boites qu’il posa devant elle et écouta les recommandation qu’il lui donna.

« - D’accord. Je reconnais qu’hier ce que vous lui avez donné c’est avéré efficace. Non, je n’aime pas ça et je ne suis pas sure que les médecins d’ici apprécieraient. Il faudra peut être que je leur en donne un échantillon, si ça ne vous pose pas de problèmes. »

Elle nota qu’il gardait une troisième boite pour que Zander puisse en prendre de lui même. S’il le faisait, ca prouverait qu’il ne se laissait pas aller ce qui serait déjà un premier résultat.

« - Merci, confia-t-elle simplement. J’espère que cela sera suffisant. Je vous tiendrait au courant de l’évolution. Enfin, on en aura déjà une bonne idée demain matin, n’est ce pas ?»

Elle le salua et retourna se coucher, inquiète mais résolue. Elle ferait ce qui faut, coûte que coûte.

____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
avatar
Grade : Visiteur

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Mei-Ling Teoh
Points SGZ:
70/100  (70/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mar 10 Juil - 4:29
Prius sourit.

« Et surtout, il a confiance en vous. Vous l'avez empêché une fois de faire une ânerie. C'est important pour lui de savoir qu'il y a quelqu'un d'autre que des médecins ou assimilés capable de l'arrêter. Il sait que vous êtes là pour le protéger de lui-même, mais aussi les autres de lui en cas de dérapage. Ce n'est encore jamais arrivé, mais depuis cet incident, c'est quelque chose qu'il redoute. » ajouta-t-il.

Ses relations avec Zander étaient trop différentes et il ne serait jamais en position de faire ce que Nadja faisait pour lui. En cas de crise, il restait à ses yeux un soigneur chargé de le neutraliser


« Oui, vous n'avez pas tort sur ce point. Fuir ne fait qu'augmenter sa souffrance, malheureusement. Je ne vous demande pas d'aborder le sujet tout de suite. Commencez déjà par lui parler des événements qu'il vous a racontés. ce sera un bon début. Ensuite, à vous de juger quand ce sera le plus opportun d'essayer pour le reste. Et il se pourrait que vous deviez vous y prendre à plusieurs fois avant qu'il daigne vous écouter. Et je ne crois pas que vous ayez besoin d'aller sur Harlan. Pour ma part, je ne serai pas prête avant un bon mois. J'ai une mission de prévue que je ne peux pas annuler. »

Il ne pouvait pas l'empêcher de donner des échantillons à la Terre, mais cela pourrait avoir des conséquences fâcheuses.

« Si je pouvais leur donner les équivalents en plantes terriennes, je le ferai. J'avoue que si j'avais le temps, je ferai ces recherches moi-même. J'adorerai ça même. C'est mon travail après tout. » fit-il en soupirant devant cette opportunité manquée.

« Libre à vous de le faire. Mais l'expérience m'a appris que certaines planètes n'avaient aucune confiance dans les remèdes venant d'ailleurs ou dans leurs propres plantes... Si vous leur donnez un échantillon, il se pourrait qu'ils confisquent tout tant que ça n'aura pas été analysé pour savoir ce que c'est et ce que ça fait, ce qui pourrait être long. Puis rien ne garantit qu'ils vous les rendront après, peu importe les résultats. Sans parler des questions qu'ils pourraient vous poser. Et même si vous leur expliquez que Zander les a déjà utilisés sans souci. Je ne peux pas en dire autant des plantes terriennes, surtout sachant que c'est l'une d'entre elles qui est en partie responsable de votre situation. Mais comme je vous l'ai dit, c'est uniquement s'il ne fait pas appel à l'un de vos médecins. Tout cela n'est qu'une aide temporaire pour le soulager un peu, mais ça ne le soignera pas. Et il vaut mieux qu'il n'en prenne pas en même temps que des médicaments terriens... On ne sait jamais quelles interactions pourraient se produire. »

Il ne le précisa pas, mais savoir que Zander utilisait la pharmacopée locale après l'événement des bracelets l'inquiétait un peu. Rien ne disait qu'il ne risquait pas de faire une violente réaction à l'une d'elle ou que certaines ne seraient pas toxiques pour lui ou avoir l'effet inverse de celui indiqué. Mais il savait que cela faisait partie des risques inhérents à voyager d'une planète à l'autre.

« Merci à vous. Et oui, nous verrons demain. »

Il la regarda partir et fit de même quelques minutes plus tard.

***

La nuit de Zander fut relativement calme tant il était épuisé. Il se réveilla en entendant son réveil, mais n'avait pas envie de se lever ou de faire quoi que ce soit, et surtout pas de sortir de la chambre ou de croiser Prius. En fait, il n'avait envie de parler à personne pour l'instant. Mais il était de service et il ne pouvait pas se défiler. Heureusement, il était de congé le lendemain. S'il avait toujours était à son compte, il aurait pu continuer à se morfondre dans son lit sans que personne ne trouve rien à y redire. Sans qu'il s'en aperçoive, il se rendormit et rouvrit les yeux trente minutes plus tard.


*Mince, je vais être à la bourre…*

Il se leva en catastrophe et s'habilla en vitesse, ne comprenant pas comment il avait pu se rendormir. Puis il sortit dans le salon où il s'arrêta juste le temps de saluer les présentes et de dire sur un ton neutre :

« Désolé, je dois filer, sinon je vais être en retard… » avant de faire demi-tour et de demander à Stella de le téléporter dans ses quartiers.

Prius le regarda passer en coup de vent, le regard soupçonneux, se demandant si son ami l'évitait avec une excuse bidon ou si cette histoire était vraie. C'était probablement le cas, se dit-il, vu que Zander avait effectivement un poste à tenir et n'était plus livré à lui-même, ce qui était une bonne chose. Dans tous les cas, il ne s'était toujours pas fait jeter dehors, contrairement à ce qu'il attendait.

____________________
Dernière position connue : Paris
Situation : Fait du tourisme historique.

-----------
John: Has it ever occured to you that if you were even slightly less of a dick, people might actually want to work with you ?
Fancy Lee: Can't do that.
John: Because ?
Fancy Lee: Every organization needs its designated asshole. That is my gift to the Killjoy collective. The asshole may not be liked, but he will always be necessary, because he does what's needed. (Killjoy, 1x06, one blood)
avatar
Grade : Sergent-chef

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Nadira Garett
Points SGZ:
30/100  (30/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    le Mar 10 Juil - 11:44
Pour Nadja qui avait plutôt l’habitude de foncer dans le tas, toute ses précaution et circonvolutions lui donnaient mal au crane. Si elle savait qu’il fallait prendre des pincettes avec ce genre de problème, elle avait de plus en plus de mal à ne pas agir et ruer dans les brancards.

*C’est pour ça que t’es marine et pas psy, songea-t-elle en buvant son thé. *

Elle nota que Prius n’était pas particulièrement ravi qu’elle soumette ses mélanges de plantes aux médecin locaux. Elle n’en dit rien mais cela alluma une petite lueur d’alerte dans sa tête. Etait-ce de la prudence ou avait-il quelque chose à cacher ? D’ici à ce que ces herbes provoquent une dépendance et rendent leur buveur complètement paranoïaque… Ca expliquerait l’état de Zander.

* Tu délires complètement, Puce. Va te coucher plutôt que de voir le mal partout. *

Bien décidé à néanmoins faire analyser le produit dès le lendemain, Nadja se leva et salua Prius d’un sourire avant d’aller se coucher. Zander dormait toujours, d’un sommeil de plomb et elle se lova contre lui pour s’endormir en quelques minutes.

****
Au petit matin, Nadja se leva en premier et descendit à la cale pour pousser un peu de fonte. Cela faisait deux jours que ces exercices matinaux étaient interrompus et elle comptait bien terminer sa séance aujourd’hui.
Elle terminait quand elle entendit dans le salon des mouvements. Quelqu’un préparait le petit déjeuner et elle était à peu près sure qu’il s’agissait de Prius. Nadja termina et passa sous la douche rapidement avant de repasser dans les communs dans son uniforme.


« - Bonjour, lança -t-elle, de bien meilleure humeur qu’hier à la même humeur. Zander n’est toujours pas levé ? »

Il allait finir par être en retard. Sauf s’il était éclipsé pendant sa séance, auquel cas, il allait l’entendre.
Mais au final, il s’avéra qu’il était bel et bien encore là, simplement victime d’une sérieuse panne de réveil. Alors qu’elle buvait son café le pilote surgit soudain, à moitié habillé et s’excusa avant de se téléporter sans plus de cérémonie.

« - Bonjour aussi, grommela l’ex marine, plus amusé qu’elle ne laissait paraître. Bon au moins vous êtes encore là. C’est plutôt une bonne nouvelle non ? »

Quelques minutes plus tard Nadja réapparaissait sur l'Achille. Elle se rendit d'abord à l'infirmerie pour constater que le médecin chef n'y était pas. Elle opta ensuite pour le bureau de celle-ci et frappa avant d'entrer et de marquer un salut impeccable et de sourire.

"- Bonjour Doc. J'ai besoin de tes lumières."

Le ton n'était pas très protocolaire mais l'appellation de "doc" indiquait bien qu'il s'agissait d'un problème d'ordre médical. En quelques phrase, elle lui résuma la visite de Prius, la déprime chronique de Zander et l'usage de boisson aux plantes dont il faisait usage.

"- Je suis peut être parano, mais j'aimerai pas le voir dépendant de quoi que ce soit. C'est pour ça que j’aimerai bien que tu regarde ce qu'il y a dans ce truc et si c'est pas dangereux a plus ou moins long terme."


____________________
Fiche de présentation : Ici
Description physiques : 1m89 85 kg, cheveux longs
Ses épaules et ses bras sont intégralement tatoués de motifs étoilés et tribaux. Elle porte généralement des vêtements en cuir dur qui lui rappelle son armure de métal ou son uniforme du SDT.
Contenu sponsorisé

Re: Frère Prius, sonnez les matines

    Revenir en haut



    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum