Stargate Zone
Bienvenue,

SGZ est un forum RPG, c'est-à-dire que vous incarnez un personnage avec une vie, un passé, des émotions, des envies, des manies, etc ...
Vous le faites vivre, parler et tout ça par écrit.


Etape 1 : Lisez le Wiki de Stargate Zone

Etape 2 : Inscrivez-vous

Etape 3 : Présentez-vous

Etape 4 : Amusez-vous !

Avec Stargate Zone bienvenue aux portes de l'imaginaire !

Partagez
Aller en bas

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Aeryn Sincet
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Mar 7 Aoû 2018 - 23:14
La première partie du discours du psychologue était plutôt positive. Ses souvenirs d'Aynira étaient les plus agréables. Ce n'était pas difficile pour Plume de se rappeler de ce qu'elle ressentait lorsqu'elle se blottissait dans les bras de la narisienne. Elle hocha la tête lorsqu'il lui parla de son stylo sans trop vraiment comprendre pourquoi il lui demandait une telle chose.

"Ma vue est bonne. Le médecin a vérifié lors de ma dernière visite médicale."

Mais elle se plia à l'exercice étrange, signifiant à Bressignac lorsqu'il s'approchait trop près et que la vision devint inconfortable. Puis, elle suivit des yeux les stylo blanc sans rien dire. Cela devait avoir une raison dans la méthode de travail du suisse. Mais lorsque celui-ci annonça la dernière partie des préparatifs, Plume aurait largement préféré continuer de fixer le stylo sans raison.

Son coeur se mit à battre plus fort et elle se concentra afin de contrôler sa respiration. Sans un mot, elle saisit une feuille et un stylo et posa les yeux sur la surface blanche un long moment. Elle ne voulait pas se souvenir. Elle ne voulait pas s'y attarder ni même se demander ce qu'elle avait ressenti. Cela aurait fait ressurgir ces sensations déplaisantes et elle n'y tenait pas. Mais elle savait aussi qu'elle n'avait pas le choix. Il le fallait.

Inspirant profondément, la jeune femme raffermit sa prise sur le crayon et plongea dans ses souvenirs. Du la main gauche, elle se mit à reproduire le rythme cardiaque d'Aynira pour ne pas trop se focaliser sur Méthis et tenta d'isoler les sensations dont elle se rappelait. Cela lui prit un long moment pour accepter de revivre ces moments et identifier clairement ses émotions mais elle finit, fébrilement, par noter quelques mots d'une écriture rendue incertaine par sa blessure. Certains mots lui demandèrent plus d'effort que d'autres et, bien souvent, il lui fallut fermer les yeux pour se retenir de tout envoyer balader et de partir aussi sec. Après une bonne quinzaine de minutes, elle tendit la feuille à Charles.

@Plume a écrit:Peur - 7
Impuissance - 1
Dégout - 3
Compassion - 3
Enfermement - 1
Haine - 5
Plaisir - 0

Qu'est-ce qu'il allait faire de tout ça ? La jeune femme n'en savait rien. Ce qu'elle savait, c'était qu'elle avait besoin de bouger. Plume se leva de sa chaise d'un mouvement tellement lent qu'il en était irréel. Elle ne voulait pas risquer d'effrayer Bressignac ou de casser quelque chose par des gestes trop vifs, ce qui aurait été plus que probable dans son état. S'empêchant d'aller trop loin, la jeune femme se mit à faire les cents pas dans le petit jardin en inspirant profondément. Qu'avait dit le psychologue déjà ? Elle devait tâcher de se souvenir d'Aynira et de l'apaisement qu'elle ressentait près d'elle lorsqu'elle perdait pied de la sorte. Fermant les yeux et inspirant profondément, Plume tenta de visualiser la narisienne et de retrouver la sensation de ses bras.
avatar
Grade : Médecin assistant

Info joueur
Double-compte ?: Non
Compte principal:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Ven 17 Aoû 2018 - 11:13
Plume suivit le stylo des yeux en expliquant qu’elle avait déjà été testé visuellement, ce qui fit sourire le prêtre.

« - Cela n’a rien à voir. Tout au long des exercice que nous allons mener, il vous faudra suivre ce stylo des yeux. Autant qu’il soit à une distance confortable pour vous n’est-ce pas ? »

La suite fut bien moins agréable pour elle, même si elle affronta ses démons avec un courage certain. Tout le corps de la jeune femme luttait contre ses souvenirs douloureux. Pas étonnant qu’elle soit à cran en permanence avec un tel refoulement. Quand finalement elle eut terminé elle repoussa la feuille vers lui mais Charles l’arreta.

« - Cette évaluation vous est personnelle, Plume, gardez là pour vous. "

Il allait continuer quand il la vit se lever lentement pour faire les cent pas dans le jardin. Ces préparatifs l’avaient déjà épuisé et la suite serait sans doute encore plus difficile. Il lui laissa le temps de se remettre avant de l’inviter à se rassoir.

« - Nous en avons presque fini avec les préparatifs. A présent que vous avez cerné les sensations que vous provoque ce souvenir, je voudrais que vous le localisiez. Physiquement. Votre ventre, votre poitrine, votre tête. Ou cela vous fait-il mal ? Quand vous aurez identifiez cette zone, vous la noterez sur la feuille en notant de zéro à dix son intensité, dix étant une sensation quasi insoutenable. »

Une fois ceci fait, il pourraient passer à la séance proprement dite.
avatar
Grade : Habillitation Niveau 2

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Aeryn Sincet
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Ven 17 Aoû 2018 - 15:01
Plume acquiesça légèrement à l'explication de Bressignac. Il ne testait pas ses compétences visuelles mais cherchait son point de confort. C'était plus cohérent. Elle eut beaucoup de mal à exécuter la tâche qu'il lui confia ensuite. Il lui fallait, pour cela, se replonger dans ses souvenirs insupportables et se concentrer dessus. Une véritable épreuve pour la jeune femme. Cela lui demanda un temps et une énergie considérable pour écrite une demi douzaine de mots. Lorsque, finalement, elle tendit la feuille au suisse, celui-ci l'arrêta.

Plume fronça les sourcils. A quoi pouvait bien lui servir cet exercice si le psychologue ne regardait même pas ce qu'elle avait noté ? Mais elle ne lui demanda rien, se contentant de se lever le plus lentement possible, luttant pour garder le contrôle de chacun de ses gestes, et se mit à faire les cent pas. Evacuer la tension, retrouver le calme, chassez les images. Voilà les objectifs de Plume à ce moment précis.

Après un long moment, Charles lui demanda doucement de venir se rassoir. Elle fixa le brun un instant et soupira profondément en s'exécutant. Respirant de nouveau à peu près normalement, elle reporta sur lui toute son attention. La question suivante, bien que désagréable, n'était pas difficile. Elle revivait cela tellement souvent que localiser le centre de la douleur n'était pas compliqué. Elle reprit son papier pour y noter rapidement le lieu et le chiffre attribué.

@Plume a écrit:Peur - 7
Impuissance - 1
Dégout - 3
Compassion - 3
Enfermement - 1
Haine - 5
Plaisir - 0

Poitrine - 8

C'était là l'endroit le plus douloureux même si, bien souvent, la sensation ne restait pas uniquement localisée à cet endroit. Il fallait pourtant noter quelque chose. Lorsqu'elle eut fini, elle leva les yeux vers Bressignac, se demandant si, cette fois, il voudrait voir le document. Elle décida de le laisser simplement sur la table. Si le psychologue voulait lire, c'était à sa portée.

____________________



_______________
Caractéristiques physiques:
- 1m63
- Physique athlétique
- Longs cheveux bruns
- Yeux sombres

Equipement:
- Tenue noire
- Communicateur Bell
- Laryngophone
- Zat
- 2 couteaux de combat

Plus mes "objets personnels" : Occulteur personnel et appareil de guérison goa'uld

________________
Journal de bord de Plume
________________
avatar
Grade : Médecin assistant

Info joueur
Double-compte ?: Non
Compte principal:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Jeu 23 Aoû 2018 - 14:44
Cette fois, Plume n’hésita pas pour localiser la source de sa douleur. Elle était tellement habituée à vivre avec, ça n’était pas vraiment surprenant.

« - Parfait. Vous pourrez ainsi noter et évaluer votre progression au fil de la séance. Nous allons pouvoir commencer, à présent. Le principe de l’exercice est très simple : Je vais vous demander de suivre des yeux le parcours du stylo, comme tout à l’heure. J’irai simplement un peu plus vite. A certain moment, nous ferons des pauses et je vous demanderais comment vous vous sentez, si une émotion prédomine. Une fois de plus, vous n’êtes pas obligée de me répondre longuement. Un mot, une phrase seront largement suffisant. Et si a un quelconque moment vous vous sentez submerger, dites simplement STOP, et nous ferons une pause. Si cela venait à arriver, je veux que vous invoquiez l’image d’Aynira que vous avez bâtie il y a quelques minutes. Que vous vous refugiez dedans, le temps qu’il faudra. D’accord ? Je sais que c’est difficile mais essayez de vous relaxer, on va y aller. »

Il lui laissa quelques instants pour respirer, boire un peu puis reprit.

« - A présent, fermez les yeux et ramenez l’image de Methis que vous avez construit. Concentrez-vous dessus, vous ‘lavez ? Alors ouvrez les yeux. »

Il se mit à faire osciller le stylo devant les yeux de la jeune femme, de droite à gauche puis de gauche à droite, rapidement. Si Plume ne craquait pas dans les première secondes, il continuerait environ trente secondes avant de faire une pause et de lui demander ce qu’elle ressentait
avatar
Grade : Habillitation Niveau 2

Info joueur
Double-compte ?: Oui
Compte principal: Aeryn Sincet
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Mar 28 Aoû 2018 - 14:37
Plume écouta Bressignac en silence. Il lui détailla le contenu de la séance. Cela n'avait pas l'air trop compliqué, dans les faits. Mais lorsqu'il lui demanda de fermer les yeux et de se concentrer sur la situation problème de Méthis, la notion de facilité devenait très relative. La respiration de la jeune femme redevint anarchique et ses doigts se crispèrent d'eux même. Elle rouvrit les yeux lorsqu'elle en reçu l'ordre et se mit à suivre le stylo des yeux sans un mot. Elle mit toute sa concentration sur la tache à accomplir en tâchant de garder son calme. Ce n'était pas chose aisée, surtout que des flash de souvenirs prenaient un malin plaisir à faire irruption devant ses yeux, menaçant de lui faire perdre de vue le stylo du psychologue.

La jeune alienne s'autorisa un léger soupire de soulagement lorsque le suisse abaissa l'objet mais sa respiration anarchique ne lui permit pas de répondre tout de suite. Ce qu'elle ressentait ? C'était de toute façon une question difficile. Après quelques secondes à tenter d'analyser son propre ressenti, Plume finit par ouvrir la bouche d'une voix qu'elle ne reconnu pas.

"De l'angoisse."

Parce qu'elle savait ce qui suivait dans ces souvenirs, ce qui la hanterait très certainement cette nuit et auquel elle n'arrivait pas à échapper.

____________________



_______________
Caractéristiques physiques:
- 1m63
- Physique athlétique
- Longs cheveux bruns
- Yeux sombres

Equipement:
- Tenue noire
- Communicateur Bell
- Laryngophone
- Zat
- 2 couteaux de combat

Plus mes "objets personnels" : Occulteur personnel et appareil de guérison goa'uld

________________
Journal de bord de Plume
________________
avatar
Grade : Médecin assistant

Info joueur
Double-compte ?: Non
Compte principal:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La psychanalyse du vide

    le Jeu 13 Sep 2018 - 15:52
Charles voyait que Plume luttait et il ne pouvait s’empêcher d’être désolé pour elle. Les premières séances étaient les plus dure mais aussi les plus efficace. Il la forçait à regarder en face ces démons et dans le cas de Plume, ils n’étaient vraiment pas beaux à voir.

Quand il cessa son mouvement et lui demanda son ressenti, il crut un instant qu’elle ne lui répondrait pas. Mais elle prononça un mot du bout des lèvres et il acquiesça.

« - Très bien. Explorez-la ! »

Et il reprit le mouvement implacable de son stylo : gauche, droite, gauche droite… Au bout d’une minute, il fit une nouvelle pause.

« - Respirez profondément. Que ressentez-vous à présent ? "

Une fois satisfait de sa réponse, il recommença son mouvement. D’abord pendant une minute puis en augmentant la durée des va et viens jusqu’à une minute trente. A chaque interruption, il conseillerait à Plume de respirer profondément puis lui demanderai de mettre un mot sur ses sensations. L’idée n’étant pas tant de la guider dans sa démarche mais de formaliser celle-ci. Bien sûr, il lui accorderait autant de pause que nécessaire, sachant ce qu’elle affrontait.
Si tout allait bien, il commencerait la phase de décente après une bonne demi-heure d’exercice.

« - Relaxez-vous à présent, nous en avons presque fini pour aujourd’hui. »
Contenu sponsorisé

Re: La psychanalyse du vide

    Revenir en haut



    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum